L’importance de l’équilibre acido-basique


L’importance de l’équilibre acido-basique
5 (100%) 2 - Avis conso

Équilibre acido-basique et pH ?
Introduction à la physiologie
Diagnostic de l’équilibre acido-basique
Alimentation et équilibre acido-basique
Trois grands groupes d’aliments
Conséquences de trop d’acidité
Aliments acidifiants ou producteurs d’acides
Aliments acides
Aliments alcalins
Aliments et boissons à privilégier ?
Quelques pistes pour enrayer l’acidité ?
Conclusions

La douleur, le mal-être et les maladies de toutes sortes sont le résultat de l’acidité. Ceci est le résultat des études et recherches du Dr Robert O.Young, il s’agit de ses conclusions compte tenu des nombreux témoignages de guérison pour les personnes ayant restauré l’équilibre acido-basique à l’aide d’une bonne nutrition, ou même de la diète alcaline. D’autre part, le fait que «nous sommes ce que nous mangeons» est un fait qui est ou «devrait» plutôt être partagé par tous.

Equilibre acido-basique

Équilibre acido-basique

Notre santé dépend de la capacité de notre corps à maintenir un équilibre entre les différentes forces et éléments qui le composent.

Lorsque l’aiguille de notre équilibre biologique se déplace à l’extrême, voici le déséquilibre qui s’installe et peut causer une inflammation et même des maladies.

L’alimentation déséquilibrée et les mauvaises habitudes nous conduisent «naturellement» à un état d’acidose tissulaire pouvant contribuer à l’apparition de l’inflammation dans les différents secteurs de notre corps. Contrebalancer cette tendance à l’acidification des tissus nous aide à lutter contre les situations inflammatoires et pro-inflammatoires, et nous conduit à rétablir la santé.

L’équilibre acide-base peut être réalisé soit avec une hygiène de vie et une alimentation saines, riche en fruits et légumes, mais aussi en buvant des eaux alcanisantes ou en prenant des suppléments alcalinisants.

Équilibre acido-basique et pH ?

De nombreux chercheurs ont mis en évidence l’importance de l’équilibre acido-basique de l’organisme et, en particulier, des liquides organiques et des tissus : une notion jusqu’ici, «négligée» par la majorité de ceux faisant la promotion de modes de vie et de suggestions nutritionnelles.

Il est important de parvenir à cet équilibre, car notre corps tend naturellement à l’acidité, et l’alimentation et les conditions de la vie moderne (entre autre le stress) contribuent à ce processus.

Quiconque est attentif à son bien-être a besoin de connaître ces concepts de base en vue de tendre vers une «alimentation adéquate», en tenant compte de ce principe.

Le pH est la mesure du degré d’acidité ou d’alcalinité d’un liquide et est compris entre 0 et 14 :

de 0 à 7 l’on parle d’acidité, la neutralité est à 7, et de 7 à 14 de l’alcalinité ou de la basicité.

Dans notre corps, il existe des systèmes de sécurité, appelés systèmes tampons, qui évitent le moindre changement de pH (mesurable et indicatif par un médecin à même de poser un diagnostic précis) pouvant impliquer l’apparition de maladies.

Introduction à la physiologie

Le sang est le tissu le plus protégé en ce qui concerne les changements de pH : le pH reste stable entre 7.36 et 7.42 et peut varier dans des limites étroites, au cas échéant, l’apparition de troubles métaboliques sévères et d’état de conscience sont inéluctables.

Notre corps a une tendance naturelle à l’acidité, parce que, dans le cadre de l’activité métabolique, il produit en continu des déchets acides, éliminés par les organes excréteurs : la peau, les poumons, les reins, les intestins.

Lorsque la fonction de ces organes est réduite ou modifiée, cela entraîne une augmentation excessive de déchets acides, les déchets métaboliques sont «déversés» dans le système lymphatique et le tissu conjonctif, de sorte que le pH du sang reste dans sa valeur normale.

De cette manière débute le processus d’acidification, pouvant conduire à l’acidose tissulaire chronique, dont les principaux symptômes sont :

fatigue surtout le matin et après les repas, appétit non maîtrisable amenant à des crises soudaines de boulimie, mauvaise haleine, hyperacidité gastrique, constipation, maux de tête, transpiration excessive, prédisposition aux maladies infectieuses en raison de déficience du système immunitaire, douleurs articulaires, rétention d’eau, cellulite, etc.

L’état d’acidose persistante ou chronique favorise le processus de vieillissement cellulaire avec des conséquences sérieuses et inquiétantes sur le bien-être : maladie rénale, maladies rhumatismales et métaboliques, diabète, prédisposition au cancer.



Diagnostic de l’équilibre acido-basique

Vous pouvez facilement détecter l’acidose des tissus en mesurant le pH de l’urine à l’aide d’une bande de papier-test, en répétant la mesure trois fois par jour pendant une ou deux semaines.

L’alimentation et l’équilibre acido-basique

La nutrition joue un rôle majeur dans la prévention et la correction de l’acidose. En fait, le métabolisme des déchets alimentaires crée un terrain acide ou alcalin.

Pour cette raison, les aliments sont divisés en : acidifiant, acides et alcalinisant.

NB : Une controverse est existante concernant la classification des aliments selon leur potentiel acide, acidifiant ou alcalinisant. Voilà pourquoi on trouve plusieurs classifications acido/basique.

Trois grands groupes d’aliments

Il est possible de diviser les aliments en trois groupes distincts: les aliments acidifiants c’est à dire producteurs d’acides, les aliments acides et les aliments alcalinisants. Le fait de manger nous mène donc à consommer aussi bien des aliments acidifiants, acides ou alcalinisants.
Il convient alors de rappeler ici, une règle fondamentale : d’après la quantité respectivement ingurgitée au cours d’un repas de ces trois types d’aliments différents, dépend donc la quantité d’acides, plus ou moins élevée que l’organisme devra «gérer», et donc la possibilité plus ou moins élevée pour lui de rentrer dans un processus d’acidification.
D’où l’importance de contrebalancer l’apport d’aliments acides et producteurs d’acides à celui d’aliments alcalins, ainsi les aliments de type basique maîtriseront les acides, et empêcheront ainsi le système tampon de l’organisme de se déclencher.
Bien évidemment, à partir du moment où les aliments acidifiants et producteurs d’acides prévalent, alors les acides s’introduisent en quantité dans l’organisme; comme les aliments bases pour neutraliser ces acides sont manquants, le système tampon prélèvera directement ces minéraux alcalins faisant défaut dans les tissus, les os et même les dents ! Cet état de fait conduira dans le temps à diverses pathologies.

Les conséquences d’une trop grande acidité

Si, par exemple, le sang entre dans l’acidose :

1/ Le sang va attirer une partie des éléments qui constituent l’alcalinité par des enzymes dans l’intestin grêle, au lieu de rester dans une plage normale, l’intestin grêle devient alors trop acide pour digérer les aliments de manière optimale. Le pancréas, la vésicule biliaire et le foie seront obligés de combler cette lacune pour métaboliser les aliments correctement. Cela aura une influence directe sur la production d’enzymes métaboliques, qui sont impliquées dans toutes les réactions biochimiques dans le corps. Le résultat est un abaissement du système immunitaire, des déséquilibres hormonaux, la malabsorption, des troubles digestifs, etc.

2/ Affaiblissement des os par dissolution du calcium, le minéral le plus alcalin. Cela peut conduire à une diminution de l’absorption des minéraux supplémentaires et des problèmes de la densité osseuse.

3/ Les niveaux d’insuline augmentent et la graisse est stockée au lieu d’être métabolisée. Cela mime dans les faits un état de malnutrition ou la sensation de mourir de faim, ce qui entraîne le corps dans l’acidose. Par mesure de sécurité, l’insuline est produite en excès de telle sorte que toutes les calories disponibles seront assimilées sous forme de graisse. Il s’ensuit surpoids et cela rend la perte de poids difficile.

4/ Se produisent des déséquilibres électrolytiques qui ont une influence directe sur le «système de transport de fluides ». Les électrolytes sont essentiels pour le maintien du potentiel de membrane, en particulier dans les cellules nerveuses, et le muscle cardiaque.

5/ Les reins, la vésicule biliaire, le pancréas et d’autres organes subissent un stress supplémentaire. Des problèmes similaires peuvent se produire lorsque le corps devient trop alcalin, mais il est peu probable que cela se produise.

Les symptômes de l’acidose comprennent, entre autres : le surpoids, la difficulté à perdre du poids, le métabolisme lent, les carences en minéraux, la constipation, la fatigue physique et mentale, les mictions fréquentes, l’hypoglycémie, les déséquilibres hormonaux, les muscles endoloris, les brûlures d’estomac, le reflux gastro-œsophagien, l’indigestion, etc.

Les facteurs qui contribuent à l’acidose peuvent être les suivants : stress, pollution de l’environnement, peu ou trop d’exercices physique, mais le facteur le plus important est, l’alimentation. Plus la nourriture que nous mangeons est acide, plus nous devenons acide; plus la nourriture que nous mangeons est alcaline, plus nous devenons alcalins. En général, les fruits et les légumes créent alcalinité, tandis que la viande, le sucre, la caféine, les haricots, les produits laitiers et les grains créent des acides.

D’où l’importance de savoir distinguer aliments acides et acidifiants, des alcalins.Ci-dessous trouvez de façon plus détaillée quels sont les aliments appartenant à chaque groupe précité.

Les aliments acidifiants ou producteurs d’acides

Les aliments acidifiants ne renferment pas de composés acides en tant que tels, mais en produisent de façon naturelle lors de la digestion ou de leur emploi au niveau cellulaire. Inévitablement, ces aliments produiront de l’acide, et peuvent alors incommoder tant les personnes ayant une sensibilité reconnue aux acides, que chacun d’entre nous.
Prenons pour exemple la viande. Les phases digestives et les protéines utilisées par l’organisme aboutissent inévitablement à la production d’acides, le plus manifeste dans ce cas étant l’acide urique.
La majeure partie des aliments produisant de l’acide sont généralement aussi des nutriments participant à la base de notre alimentation. Pour cette raison, il n’est pas forcément envisageable de les soustraire pour motif qu’ils contribuent à acidifier l’organisme. La bonne pratique alimentaire est donc de quantifier et limiter la consommation de ces aliments, sachant qu’un apport alimentaire d’acides est incontournable et naturel avec ce type d’aliments, plus la quantité de ces aliments sera grande, plus cet apport d’acides sera élevé. Notons que cet effet acidifiant ne se fera et ne pourra être nuisible qu’à partir du moment où l’on consomme ces aliments avec excès. Le concept d’excès est propre à chacun, car chaque personne possède ses propres capacités métaboliques.

Liste d’aliments acidifiants

- viande (source d’acide sulfurique), volaille, charcuterie, extraits de viande, poisson, crustacés
- blancs d’œufs
- fromage, (à noter que les fromages au goût prononcé sont plus acides que les fromages doux)
- graisses animales, gras de bœuf
- huiles animales, graisses hydrogénées, huiles raffinées plus acidifiantes que les huiles non raffinées, la margarine
- bouillons gras
- céréales, farines (céréales et farines complètes sont beaucoup moins acidifiantes, vu leur teneur en minéraux)
- produits transformés à base de farines (pain, pâtes, flocons du petit déjeuner…)
- légumineuses : arachide, lentilles, soja, pois chiches, fèves, haricots…
- sucres raffinés et blancs (les sucres font partie des aliments les plus acidifiants, en pratique, une partie des glucides qu’ils contiennent devient de l’acide lactique dans l’organisme. Fuir les sucres raffinés comme la peste, certainement l’un des pires poisons, grande source d’acidité !)
- aspartame
- sucreries et pâtisseries
- fruits oléagineux : noix, noisettes, etc… mis à part les amandes
- café, thé, cacao, alcool

Les aliments acides

Les aliments acides renferment de nombreux composés de type acide, ils sont facilement reconnaissable au goût. Par exemple l’orange, la tomate, le cresson, le vinaigre, etc.
A noter à propos des aliments acides qu’ils possèdent un potentiel acidifiant ou alcalinisant en fonction de celle ou celui qui les consomme, cela dépend du métabolisme de chacun; en effet chez une personne possédant un bon métabolisme, ces aliments acides seront métabolisés et neutralisés par l’organisme, et libéreront les bases minérales qu’ils contiennent, produisant ainsi un effet alcalinisant.
Certaines personnes plutôt sensibles aux acides doivent donc attacher une vigilance particulière quant à la consommation des aliments détaillés ci-dessous, parce que pour elles, le produit de ces aliments sera constamment acidifiant. En résumé l’acide sera neutralisé par l’organisme en prélevant les bases dans les tissus, principalement les os, exercera alors une action déminéralisante ! Mis à part les fruits, ils ne sont pas essentiels, comme l’était la plupart des aliments acidifiants. Supprimer ou réduire la consommation de ces aliments se voit aisément envisageable si utile à la santé générale.

Liste d’aliments acides

A noter que ces aliments acides, sont considérés comme acidifiants par certains

- petit lait, yogourt, yaourt, lait caillé et battu, fromage blanc, kéfir…
- fruits non mûrs (au moins les fruits sont mûrs, au plus il sont acides)
- fruits acides : en général les baies comme mûres, framboises, cassis, groseilles
- agrumes : orange, pamplemousse, lime, citron vert, citron… les agrumes sont acides mais après synthétisation par l’organisme, deviennent alcalinisant.
- quelques variétés de cerises et pommes, abricots, prunes
- consommation excessive de fruits doux (pastèque, melon…)
- légumes acides : tomate, cresson, oseille, rhubarbe
- choucroute, préparations lacto-fermentées
- jus de fruits, jus de citron comme assaisonnement
- sodas, limonades et boissons industrielles sucrées, eau gazeuze
- sirop d’érable, miel, vins blancs, vins pétillants
- vinaigre, condiments

Les aliments détaillés dans cette liste renferment bon nombre d’acides, ils en tirent leur goût acidulé tant affectionné par certain. Bien évidemment plus le taux d’acide est élevé, plus leur saveur est acidulée. Les boissons les plus acides sont bien entendu les industrielles, cependant on ne les perçoit pas forcément acides de prime abord, la quantité astronomique de sucres raffinés qu’elles contiennent adoucie grandement cette saveur acide.
La quantité d’acides dans les fruits n’est pas similaire, même parmi une variété analogue. Pour exemple les pommes cloches distillent naturellement plus d’acides que les goldens. Les cerises griottes sont très acides, alors que les cerises bigarreaux peu…
Notons également l’importance de la maturité du fruit. Plus le fruit est mûr, au moins il sera d’acide, puisque le taux d’acides s’inverse au profit du taux de sucre. On s’en rend bien compte en consommant pour exemple un abricot bien mûr : un taux de fructose élevé et un taux d’acides faible. Le problème actuel des fruits non issus de la filière écologique, outre leur concentration élevée en pesticides, est qu’ils sont cueillis avant maturité et ne mûrissent pas sur l’arbre, ils sont donc forcément plus acides !
Concernant le jus de fruit, il est plus acide que le fruit pour deux raisons : la première découle de sa concentration, on boira facilement par exemple le jus de 3 oranges fraîchement pressées, alors que l’on ne mangera pas aisément ces 3 oranges à la suite. La seconde raison, est qu’en pressant le fruit et en ne récoltant que le jus, on se prive d’une quantité non négligeable des minéraux au pouvoir alcalin, que renferme la pulpe du fruit. Dans la majorité des cas, pour les jus industriels, ou pseudo jus (nectar), le sucre raffiné ajouté au jus de fruit, adoucit leur goût acide, mais amplifie leur effet acidifiant.

Les aliments alcalins ou basiques

Les aliments alcalins abondent en bases et ne renferment pas ou très peu de composés acides. La transformation et leur emploi par l’organisme ne produisent pas d’acides, d’où leur propriété alcalinisante pour le terrain, indépendamment des quantités consommées. Cette vertu alcanisante valable pour chacun, ne dépend pas des facultés métaboliques propres à chaque individu. La consommation de ces aliments devrait donc être favorisée par les personnes acidifiées, en oubliant pas d’ingérer de façon mesurée également des aliments acidifiants indispensables. Les aliments acides, devant pour leur part, n’être qu’occasionnellement consommés, en rapport mesuré avec une capacité faible de transformation métabolique.

Liste d’aliments alcalinisants

- pommes-de-terre, patate douce, potimaron
- germination
- légumes verts, en crudité ou en cuisson : salade, laitue, haricot vert, chou, brocoli, kale
- légumes colorés : carottes, betterave, etc (sauf tomate)
- jus et bouillons de légumes
- avocat
- olive noire nature
- fruits doux et bien mûrs (melon, pastèque…)
- banane
- amande, noix du Brésil
- châtaigne
- fruits secs non traités au souffre et cueillis à maturité en dehors de l’abricot, des dattes
- lait d’amande sans sucre raffiné
- sel de mer non raffiné
- eau minérale alcaline

Des aliments et boissons à privilégier ?

Eau alcaline

L’eau alcaline a de nombreux effets bénéfiques sur notre santé. Elle est riche en antioxydants et en minéraux et rétablit l’équilibre naturel acido-basique du corps, lutte contre le vieillissement cellulaire, les maladies dégénératives et les carences nutritionnelles. Grâce au processus de l’électrolyse, on peut obtenir avec de simples ioniseurs une eau du robinet domestique devenant alcaline et d’intéressantes propriétés thérapeutiques, telles que la régulation du pH de l’organisme et l’élimination des déchets de l’organisme, une véritable désintoxication, une amélioration antioxydante en raison de la forte concentration d’ions hydroxyles, qui assurent une protection efficace contre les radicaux libres, responsables de nombreuses maladies chroniques et de vieillissement prématuré.

Pomme de terre

La pomme de terre est surtout connue et employée pour ses vertus antiacides au niveau stomacal, en cas d’acidité, gastrite ou même d’ulcère, cependant ses propriétés alcalinisantes sont bien plus étendues. Très riche en bases, son effet alcalinisant profite à l’organisme entier. Sa richesse en amidon, remplacera favorablement les céréales, en évitant les caractéristiques acidifiantes de celles-ci. La «patate» représente donc un aliment parfait pour les personnes en terrain acide et pourra régulièrement participer aux repas équilibrés de ces personnes.

Légumes verts

Les légumes verts ou colorés, à l’exception des tomates, représentent les aliments grandement basiques, car très riches en minéraux. Il conviendrait donc de les consommer à raison de 2 fois par jour et en quantité; les manger crus ou cuits, s’avère être l’une des meilleures solutions pour lutter contre l’acidification du terrain.

Amande

Un oléagineux comme l’amande, est un très bon aliment, car elle est alcalinisante alors que la plupart des noix sont acides. La purée d’amande et le lait d’amande bio sans sucres raffinés sont excellents pour la santé.

Fruits secs

Raisins et pruneaux sont de nature plutôt alcaline. Les pommes, abricots, pêches, etc. sont en général acides, ceci étant du à leur manque de maturité avant séchage. Attention particulière aux fruits secs transformés au soufre, ils sont acidifiants.

Banane

La banane est alcalinisante, même consommée en quantité, elle le reste. Les pastèques, melons et poires sont aussi alcalinisants, mais quantitativement moins que la banane.

Châtaigne

Un farineux comme la châtaigne est également alcalinisant. L’on peut d’ailleurs remplacer la pomme de terre par celle-ci dans la réalisation de recettes ou même dans les desserts légèrement sucrés au sucre non raffiné.

Infusions

Certaines plantes sont très riches en minéraux, comme l’ortie, la prêle, le trèfle rouge. Se préparer et boire des tisanes de ces plantes apportent beaucoup de minéraux et peut substituer avantageusement le thé noir ou le café. La consommation de trop de boissons chaudes stimulantes peut induire le stress pour le système nerveux, de plus de part leur pouvoir diurétiques, ces boissons entraînent l’excrétion des minéraux. Les infusions de plantes médicinales aux vertus toniques et purifiantes des reins aideront à coup sûr l’élimination des acides par l’organisme (fleur de sureau, pissenlit, ortie).

Quelques pistes pour enrayer l’acidité ?

Le mode de vie

L’activité physique, surtout à l’extérieur, contribue efficacement à rétablir l’équilibre acide-base, l’accélération du rythme de la respiration, l’oxygénation de la peau, stimulent la diurèse et le transit intestinal et facilitent de cette manière, la tâche des organes excréteurs.

Contrer la tendance à l’augmentation de l’acidose durant une maladie chronique ou infectieuse, dans des situations de stress intense, en cas de prise d’analgésiques (aspirine et ses dérivés, médicaments anti-inflammatoires, morphine).

Compléments alimentaires

La prise de suppléments alcalinisants (mélanges de sels bases, sous la forme de poudre, de comprimés ou de capsules, disponibles dans les pharmacies et les magasins produits de santé) peut se révéler important dans le cas des maladies chroniques.

La spiruline (algues exceptionnellement riche en protéines complètes, vitamines, minéraux et oligo-éléments alcalinisants) est un aliment qui, à cet égard, peut jouer un intérêt particulièrement important dans le régime alimentaire.

Un facteur clé dans le renversement de la maladie est de maintenir un équilibre acido-basique dans l’organisme. Lorsque cet équilibre est maintenu, le corps est bien oxygéné.

Conclusions

L’acide est une substance caustique, qui a une charge électropositive piquante et érosive. Un organisme acide, ou en acidose, a le sang visqueux qui hyper-coagule et n’est pas oxygéné d’une manière appropriée. Les cellules ne peuvent pas éliminer leurs déchets, pour cela la capacité de guérir ou de rester en bonne santé est affaiblie.

Cet affaiblissement est caractérisé par le sang morbide, les cellules malades, l’inflammation, l’excès de graisse du corps et la suppression des fonctions immunitaires. L’acidité du sang bloque l’absorption de vitamines et prive le corps de nutriments essentiels, participe aux formations toxiques qui augmentent dans les cellules obstruées, ralentit les fonctions du corps et nous fait sentir faible et paresseux, empêche une bonne digestion et crée des gaz et des ballonnements, crée surpoids et obésité, accélère le processus de vieillissement et beaucoup plus encore.

Ces conditions sont idéales pour contracter et développer divers micro-organismes pathogènes, comme les virus, les bactéries, les champignons, les levures et les parasites. Tout type d’infection peut se développer dans une acidose du corps. Un système immunitaire affaibli, en résulte une bien moindre résistance à l’infection.
Une alimentation équilibrée, comme pour exemple sur le régime méditerranéen… et un mode de vie sain sont probablement les changements les plus importants à entreprendre. Évitez la consommation excessive de viande, d’alcool, de boissons gazeuses et sucrées, de caféine, de café, la plupart des noix, d’œufs, de vinaigre, d’acide ascorbique, de lait pasteurisé, de fromage, de sucre blanc et des drogues en général. Privilégier la consommation de fruits mûrs, de légumes, d’eau, de carottes, de betteraves, de miso, de citrate de calcium et de vitamine K dans l’alimentation.

Ces attentions alimentaires, combinées à une activité physique modérée et constante dans le temps, si elle sont suivies régulièrement, peuvent aider à améliorer l’état général psycho-neuro-endocrino-immunologique. Trop d’exercice peut cependant contribuer à un environnement acide dans l’organisme, en raison de la production excessive d’acide lactique.

La conclusion est que aucune maladie ne peut être guérie sans une cure de désintoxication contrôlée, en éliminant les déchets acides en excès du corps.


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).