Dysménorrhée


Dysménorrhée
Noter cet article

Aller directement à la partie traitant de :

La dysménorrhée
Causes de la dysménorrhée
Symptômes de la dysménorrhée
Traitement par les plantes médicinales

La dysménorrhée

La dysménorrhée est connue aussi sous le nom d’algoménorrhée ou règles douloureuses. Elle se manifeste par une douleur abdominale au moment ou avant les menstruations. On peut distinguer plusieurs sortes de règles douloureuses : la dysménorrhée après des années de règle sans douleur, les premières règles, les règles qui ont ou non des facteurs organiques. La dysménorrhée est classée en deux catégories distinctes: la dysménorrhée primaire qui se traduit par des souffrances menstruelles, touchant 50% des adolescentes et la dysménorrhée secondaire causée par un problème gynécologique. La dysménorrhée primaire peut entraîner une invalidité sans présenter un grand danger, la dysménorrhée secondaire pour sa part se soigne sans problèmes. Elle touche les femmes à la périménopause et en fin d’adolescence, périodes où la variation des hormones est élevée. Chez les adolescentes, la dysménorrhée disparaît après quelques années notamment après une première grossesse.

Causes de la dysménorrhée

La dysménorrhée peut découler d’une raison organique, à savoir l’endométriose, le fibrome utérin, la malformation des organes génitaux et les infections génitales chroniques. Dans la plupart des cas, les règles douloureuses proviennent de troubles psychologiques, dont le stress et l’anxiété. Quelquefois, elles peuvent résulter du syndrome prémenstruel et de la maladie inflammatoire pelvienne. Avoir une activité sexuelle avec de nombreux partenaires, le kyste de l’ovaire, la salpingite, les maladies sexuellement transmissibles et l’adénomyose engendrent la dysménorrhée secondaire. Une forte concentration de prostaglandines donne lieu à des règles douloureuses. Les prostaglandines sont des hormones de l’utérus qui sont abondants au cours de l’accouchement et des menstruations. La dysménorrhée primaire peut être insoutenable si l’utérus s’incline vers l’arrière, dans le cas de tensions sociales et psychologiques ou par manque d’exercice.



Symptômes de la dysménorrhée

Les règles douloureuses se traduisent par des douleurs, des spasmes, des tensions et des crampes au niveau du bas-ventre. Elles débutent avant les menstruations et perdurent durant deux à trois jours. Dans certains cas, la douleur gagne l’intérieur des cuisses, les hanches et le bas du dos. La dysménorrhée est souvent accompagnée de diarrhées, de maux de tête, de malaises, de vertiges, de nausées voire, de vomissements. La personne souffrant de la dysménorrhée peut également être sujette à l’apparition d’acnés et de tensions au niveau de la poitrine. Sa peau devient plus sèche tandis que ses cheveux sont plats et secs. Au cours des menstruations, des morceaux de tissus et des caillots sortent de l’utérus causant des souffrances. La dysménorrhée primaire se manifeste par une forte contraction de l’utérus qui touche les adolescentes et dure pendant près de trois jours. La dysménorrhée secondaire, quant à elle, commence quelques jours avant les règles et persiste quelques jours après leur arrêt.

Traitement par les plantes médicinales

Plusieurs sortes de plantes médicinales sont répertoriées pour remédier à la dysménorrhée. L’alchémille, à prendre en infusion, est efficace avec ses caractéristiques astringentes. Le gattilier, présenté sous forme de comprimés, est aussi considéré comme un remède bienfaisant pour soulager les règles douloureuses car il régule le système hormonal. La camomille romaine, en tisane, fait disparaître les spasmes de la dysménorrhée. L’essence d’onagre, disponible en capsule, fait partie des solutions recommandées pour tempérer les menstruations douloureuses. A prendre au cours de la deuxième partie du cycle menstruel. Il en est de même de l’huile de bourrache, en gélules, indiquée pour soigner la dysménorrhée. Concernant les feuilles de framboisier, elles sont idéales en infusion pour détendre l’utérus et calmer la dysménorrhée. Le millefeuille et la menthe poivrée, connaissent un certain succès pour apaiser les maux de ventre causés par la dysménorrhée.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.


Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).