Pertes blanches


Pertes blanches
Noter cet article

Les pertes blanches
Causes et symptômes des pertes blanches
Traitement par les plantes médicinales

Les pertes blanches

Les pertes blanches sont des sécrétions normales se déposant au niveau de la vulve et dont la production est assurée par l’utérus et le vagin. Elles commencent à apparaître à la période pubertaire. Malgré leur dénomination, les pertes blanches peuvent prendre une teinte jaune-blanchâtre. Inodores, elles se distinguent par un aspect plus ou moins filaire, semblable à celui du yaourt. L’abondance de ces sécrétions varie d’une personne à une autre. Toutefois, l’on note un écoulement plus accentué au moment de la grossesse et pendant 2 à 3 jours avant l’ovulation. A cette période, elle devient plus consistante et acquiert une couleur plus ou moins transparente. Les pertes blanches jouent un rôle important dans la lubrification du vagin et le nettoyage de celui-ci. Par ailleurs, elles aident les spermatozoïdes à atteindre les régions utérines en période d’ovulation tout en les protégeant contre l’acidité vaginale. Lorsque les pertes blanches deviennent anormales changent d’aspect ou de couleur, il est conseillé de voir un spécialiste. Il se peut que ces sécrétions deviennent plus mousseuses, jaunâtres, voire même verdâtres. La plupart du temps, elles ont une odeur fétide, pareille à celle de la pourriture.

Causes et symptômes des pertes blanches

Dans bien des cas, les pertes blanches trop abondantes sont liées à la contraction d’une infection vaginale, dont les plus fréquentes sont la vaginose et la mycose. Cette hypothèse est confirmée lorsque les pertes blanches dénommées également leucorrhées s’accompagnent de douleurs ressenties au niveau du bas-ventre ou lors d’un rapport sexuel. Les sécrétions associées à de telles maladies se caractérisent également par des sensations de brûlures et des démangeaisons. Elles deviennent pathologiques. Dans ce cas, les pertes blanches peuvent figurer parmi les raisons d’une maladie quelconque, comme les IST. Il faut noter toutefois, que le changement de propriété de ces pertes blanches ne signifie nécessairement pas rapport sexuel non protégé. En effet, il existe d’autres facteurs pouvant provoquer une contamination éventuelle. L’on peut attraper une leucorrhée en utilisant des équipements sanitaires publics, cuve des WC et baignoire, par exemple ou en effectuant une toilette intime trop excessive. Cette pratique constitue une des principales raisons de contraction de la maladie sans que la femme ne s’en rende compte. Elle est susceptible d’entraîner un déséquilibre du pH au niveau de la flore vaginale et ainsi la production de pertes anormales par le vagin.



Traitement par les plantes médicinales

L’on peut soigner les pertes blanches d’une façon naturelle. Des plantes ont donné des résultats positifs dans le traitement de la maladie. Le lamier blanc ou ortie blanche, plus précisément ses sommités fleuries, peuvent être employées pour lutter contre la pathologie. Cette plante robuste et de très petite taille apprécie les terres incultes et pousse généralement en Asie ainsi qu’en Europe. Elle renferme divers composants, comme du tanin, du glucoside ou encore de la saponine. Infuser 25 grammes de cette herbe pour un litre d’eau et l’utiliser en usage externe comme collutoire. L’on trouve également le noyer. Cet arbuste mesure environ 30 mètres de haut. Il se distingue des autres végétaux de même espèce par des feuilles caduques et des branches plus ou moins lisses. Ses fruits, appelés noix apparaissent généralement en automne. Pour soigner les pertes blanches au moyen de ce végétal, faire une décoction composée de 3 litres d’eau et de 3 poignées de feuilles. Faire bouillir durant 10 à 15 minutes. Employer le liquide obtenu sous forme d’injections vaginales. Ces plantes constituent des remèdes naturels contre les pertes blanches et ne devraient ainsi produire d’effets secondaires. Toutefois, en cas d’hésitation, il est recommandé de voir un spécialiste.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.


Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).