Pourquoi je suis Vegan ?


Pourquoi je suis Vegan ?
Noter cet article
Pourquoi je suis Vegan ?

Pourquoi je suis Vegan ?

Commençons par quelques explications sur des termes qui peuvent encore paraitre flous aujourd’hui.

Quelles sont les différences entre un végétarien, un végétalien et un vegan ?
Une personne végétarienne est une personne qui refuse de consommer de la chair animale, quelle que soit sa forme. Elle ne mange donc pas de viande ni de poisson, mais pourra consommer selon le régime, des produits laitiers et des oeufs ; c’est ce qu’on appelle un régime ovo-lacto végétarien.
Viennent ensuite les végétaliens. Une personne végétalienne ne consomme pas de chair animale non plus, mais étend son idée à tous les produits issus de l’exploitation animale. Elle ne consomment donc pas de lait, d’oeuf, de miel… ou de produits en contenant.
Le terme de végétalien est  souvent rattaché à un régime alimentaire, et c’est justement ce qui va faire la différence avec le terme vegan ; Vegan est souvent utilisé comme l’équivalent anglais de végétalien, et il est vrai que c’est juste dans la majorité des cas, mais il existe tout de même une légère différence entre une personne végétalienne et une personne vegan. Une personne vegan est par définition une personne engagée sur une idée de protection et de défense des animaux dans tous les domaines.
Alors que le terme « végétalien » s’applique plus globalement à un régime alimentaire, celui de « vegan » définit plus un idéal selon lequel la personne tentera d’adopter un mode de vie respectueux de tous, et pour cela, n’utilisera aucun produit ou dérivé d’origine animale.
Un vegan ne portera donc pas de laine, de soie, ne mangera pas de miel et n’utilisera pas de produits cosmétiques ou ménagers testés sur les animaux.
Bien souvent, à l’origine de ce choix vient la raison de l’éthique et de la souffrance des animaux. Dans mon cas par exemple, je suis devenu dans un premier temps végétarien, et au bout de 4 ans passés sans consommer de viande, j’ai eu envie d’aller plus loin et de ne plus être indirectement responsable de la souffrance qu’implique la consommation de produits animaux, tels que le lait et les oeufs pour ne citer que les principaux.
Cette idée m’est venue comme une évidence, une suite logique à un choix de vie qui m’avait déjà pendant 4 ans considérablement appris sur moi même et augmenté ma sensibilité et mon empathie envers tous les êtres vivants.
C’est sans compter les nombreux bénéfices pour la santé qu’apporte une alimentation vegan. En effet, j’ai découvert et re-découvert de nombreux aliments et épices très bénéfiques pour la santé, et pour tout vous dire, je ne me suis jamais senti aussi en forme et en accord total avec mes idées.
Alors que les médias continuent de faire passer les végétaliens et les vegans pour des « végétatiens de l’extrême », les études mettant en avant les mérites de ce type d’alimentation se multiplient, au grand dam de l’industrie de la viande/oeufs/produits laitiers.
N’est-il pas paradoxal de marginaliser les végétaliens alors que l’on trouve dans le commerce des tonnes de livres et mêmes des produits dédiés au régime Dukan, régime dévastateur pour l’organisme basé uniquement sur un apport massif de protéines animales et aujourd’hui déconseillé par tous les nutritionnistes ?
Bien entendu, comme pour tout régime alimentaire, le régime végétalien doit être préparé et réalisé de manière à ne manquer de rien, mais comme la nature est bien faite, il est très facile, une fois un peu renseigné sur le sujet, de trouver tous ces apports dans les céréales, les légumes et légumineuses, les noix, les épices ou encore les algues !
Dans le cas d’un régime végétalien stricte, il est également conseillé de veiller à un apport journalier en vitamine B12, soit par la prise de produits enrichis tels que certains produits au soja, soit par la prise de compléments alimentaires disponibles dans la plupart des magasins bio, ou en pharmacie.
Etre vegan c’est donc selon moi manger sain et varié, sans souffrance animale et pour le plus grand bien de l’environnement, car nous savons aujourd’hui que l’impact environnemental de la production de viande est énorme et représente un véritable désastre écologique. A titre d’exemple, il faut 13500 litres d’eau pour produire 1 kg de viande de bœuf, alors qu’il n’en faut que 900 pour produire 1kg de soja, ou 590 pour produire 1kg de pommes de terre.
Autre chiffre étonnant : 80% de l’alimentation consacrée aux animaux destinés à être consommés provient de cultures qui conviendraient également à la consommation de l’homme. La question de savoir pourquoi tuer un animal pour le manger alors que nous pourrions manger directement ce dont lui s’est nourri peut donc se poser.
Pour conclure, être vegan est très facile, ça n’est plus quelque chose de marginal et ça reste tout à fait compatible avec la vie en société. Il ne faut plus avoir peur des idées reçues!
La plupart des mes amis ne sont pas vegan, et cela ne m’empêche pas de les voir ni d’aller au restaurant avec eux. L’idée est de toujours bien préparer le terrain lors d’une sortie. Mais quand on sait ce que cela apporte au quotidien et sur le long terme, je peux vous assurer que le jeu en vaut la chandelle.


 





Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


8 Avis

  1. je comprend le raisonnement mais est ce qu’un vegan prend en compte la souffrance et le stress des végétaux qu’il consomme?
    Ou bien cela ne s’applique t-il qu’aux animaux qu’il ne consomme pas ?
    Je précise que ce n’est nullement une attaque ou de l’ironie.
    Je cherche juste à comprendre

    • Bonjour Samuel,

      Je ne connais pas votre âge mais si vous avez dépassé le collège, vous devez savoir que les végétaux ne possèdent pas de système nerveux et ne peuvent donc pas ressentir ni de stress, ni de souffrance.

      En admettant que les végétaux puissent ressentir une souffrance sous une autre forme et que cela vous préoccupe, il faut absolument que vous deveniez végétalien, car si vous avez bien lu l’article, une très très grande partie des cultures agricoles sont destinées à nourrir les animaux consommés par l’homme.

      Donc pour résumer, un végétalien causera toujours moins de souffrance (en supposant que les végétaux souffrent) qu’une personne qui consomme des produits d’origine animale.

      Je suis vegan et je me sens concerné par toutes les formes de souffrances, pas seulement celle des animaux.

      Très bonne journée à vous.

      • Bonjour, je suis végétarienne, je refuse la viande animal mais il m’arrive de manger du poisson par exemple au restaurant…le poisson a-t’il le meme systeme nerveux que les animaux? j’ai entendu dire que le principe était différent! et quand est il des crustacés et fruits de mer??? merci de votre réponse!

    • c’est très simple les végétaux n’ont pas de système nerveux !

  2. En réponse à Julie :

    Les scientifiques ne sont pas tous d’accord là dessus, certains affirment que les poissons captent le stress mais ne possèdent pas les récepteurs de la douleur alors que d’autres disent l’inverse.

    Mais au final ce qui compte n’est pas tellement la souffrance ou pas, c’est le fait de prendre la vie d’un être vivant, et pire, de l’élever uniquement dans le but de le tuer et le consommer.
    Je t’invite à regarder les quelques reportages sur l’exploitation des océans à l’heure actuelle, c’est une véritable catastrophe écologique, aussi bien pour les poissons que pour les océans.

    Bien cordialement.

Afficher les 6 autres avis
  1. je comprend le raisonnement mais est ce qu’un vegan prend en compte la souffrance et le stress des végétaux qu’il consomme?
    Ou bien cela ne s’applique t-il qu’aux animaux qu’il ne consomme pas ?
    Je précise que ce n’est nullement une attaque ou de l’ironie.
    Je cherche juste à comprendre

    • Bonjour Samuel,

      Je ne connais pas votre âge mais si vous avez dépassé le collège, vous devez savoir que les végétaux ne possèdent pas de système nerveux et ne peuvent donc pas ressentir ni de stress, ni de souffrance.

      En admettant que les végétaux puissent ressentir une souffrance sous une autre forme et que cela vous préoccupe, il faut absolument que vous deveniez végétalien, car si vous avez bien lu l’article, une très très grande partie des cultures agricoles sont destinées à nourrir les animaux consommés par l’homme.

      Donc pour résumer, un végétalien causera toujours moins de souffrance (en supposant que les végétaux souffrent) qu’une personne qui consomme des produits d’origine animale.

      Je suis vegan et je me sens concerné par toutes les formes de souffrances, pas seulement celle des animaux.

      Très bonne journée à vous.

      • Bonjour, je suis végétarienne, je refuse la viande animal mais il m’arrive de manger du poisson par exemple au restaurant…le poisson a-t’il le meme systeme nerveux que les animaux? j’ai entendu dire que le principe était différent! et quand est il des crustacés et fruits de mer??? merci de votre réponse!

    • c’est très simple les végétaux n’ont pas de système nerveux !

  2. En réponse à Julie :

    Les scientifiques ne sont pas tous d’accord là dessus, certains affirment que les poissons captent le stress mais ne possèdent pas les récepteurs de la douleur alors que d’autres disent l’inverse.

    Mais au final ce qui compte n’est pas tellement la souffrance ou pas, c’est le fait de prendre la vie d’un être vivant, et pire, de l’élever uniquement dans le but de le tuer et le consommer.
    Je t’invite à regarder les quelques reportages sur l’exploitation des océans à l’heure actuelle, c’est une véritable catastrophe écologique, aussi bien pour les poissons que pour les océans.

    Bien cordialement.

  3. Félicitation pour votre article. Ça fait maintenant 5 ans que je m’informe grandement sur le végétarisme et j’ai décidé il y a quelques temps de faire le grand saut et de me lancer dans le mode de vie vegan. Je trouve très complèxe de faire l’épicerie, par exemple, car je ne connais à ce jour aucune réelle recette. Je m’y habitue peu à peu! Encore bravo!

  4. J’ai été Végétarienne d’abord en apprenant toutes les cochonneries qu’ils mettaient dans la viande j’ai vite arrêté la consommation de celle ci ! Puis moi aussi j’ai poussé plus loin en devenant végétalienne je consommais déjà très peu d’oeufs donc pourquoi continuer à en manger car cela n’est pas un aliment « indispensable » pour notre santé ! Maintenant ça fera 5 ans que je suis végan et oh combien heureuse !!! quand je vois la souffrance qu’endurent les animaux je ne pouvais plus concevoir de m’en nourrir !!! J’ai aboli les chaussures de cuir , la laine , bref tout ce qui se rapporte à la souffrance animale , et aujourd’hui je me demande pourquoi je n’ai pas commencé plus tôt !

  5. bonjour

    juste une petite réaction…

    « prendre la vie d’un être vivant, et pire, de l’élever uniquement dans le but de le tuer et le consommer. »
    le végétal n’est-il pas vivant ? Ne l’élevons-nous pas dans le but de le consommer (et le tuer implicitement) ?

    « l’exploitation des océans à l’heure actuelle, c’est une véritable catastrophe écologique »
    l’exploitation agricole, à l’heure actuelle, n’est-elle pas une catastrophe ? pour les espèces végétales (OGM, régressions et dégénérescence des espèces, déforestation et j’en passe), pour les sols, les nappes phréatiques, les animaux sauvages et j’en passe… ?
    Et la consommation (alimentaire et agricole) des algues pose aussi des problèmes…

    Les compléments alimentaires, c’est bien utile mais ne sont-ils pas des produits de l’industrie agro-chimico-alimentaire ? exemplaire dans le domaine écologique et le respect de la vie ;)

    Je suis comme vous, révoltée par la souffrance animale, mais bien moins courageuse, car j’adore la viande et le fromage :) mais j’adore aussi les plantes, pour ce qu’elles peuvent m’apporter mais aussi, simplement, pour ce qu’elles sont : les garantes de la vie sur terre. En ce sens, je les respecte autant qu’un veau ou un poulet et essaie de ne pas avoir une vision anthropocentriste du règne végétal.

    Bref, nous connaissons bien peu ce monde végétal et se borner au « système nerveux » pour décider quoi manger me semble trop réducteur et ambiguë (les huîtres n’en ont pas). Je trouve plus juste de prendre l’écosystème dans son ensemble… mais cela devient bien plus complexe…
    http://planete.gaia.free.fr/vegetal/botanique/intelligence.html

    cordialement

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).