Ail des ours (ail sauvage)


Ail des ours (ail sauvage)
4.9 (98.75%) 16 - Avis conso
Quelles sont les principales vertus, propriétés de l’ail des ours, comment l’inclure dans de nombreuses recettes, comment conserver. Quelle est la bonne saison pour le cueillir et comment réussir la plantation de l’ail sauvage afin de réussir des récoltes abondantes ?

Où trouver de l’ail sauvage frais, la bonne saison ?
Comment récolter la plante
Plantation, soins, culture
Comment récolter
Ail des bois propriétés, bienfaits ultimes
Ail des ours dangereux ?
Ail sauvage les recettes en cuisine ?
Conservation de l’ail des bois
Précautions, contre-indications, effets secondaires
Associations
Bien acheter ?

Où trouver de l’ail sauvage frais ?

Où trouver de l'ail sauvage frais ?

Où trouver de l’ail sauvage frais ?

L’ail des ours (ail sauvage) pousse en abondance en début de saison du printemps, son habitat se trouve dans la plupart des forêts du nord de l’Europe.
Cette plante à feuilles caduques préfère la mi ombre.
On retrouve l’ail des ours dans la plupart des sols à condition que ces derniers soient humides.
Quand l’ail des ours trouve des conditions appropriées, il forme un tapis dense et sa croissance peut être très invasive.
L’ail des ours part en croissance sous nos latitudes, dans le milieu de l’hiver, suivi des fleurs au printemps remplissant l’air d’un parfum d’ail.
Dans le milieu de l’été, l’ail des ours disparaît jusqu’à la prochaine saison.
Contrairement à son cousin, l’ail des ours ne contient pas de bulbilles mais seulement des fleurs.
Dans la partie nord de la France, en particulier dans les forêts anciennes, on retrouve souvent l’ail des ours associé aux jacinthes.

À savoir – À la citadelle de Namur, l’odeur d’ail des ours monte directement au nez.
- L’ail des ours est plus riche en vitamine C qu’une orange.
- Quand la forêt commence à sentir l’aïoli vous êtes à quelques mètres de l’ail des ours.
- En Savoie, la coutume et de jeter de l’ail des ours pour purifier la rivière.
- En Ardèche, l’ail des ours est inclus pour aromatiser le vinaigre.
- Dans la plupart des régions françaises, l’ail des ours est appelé le condiment forestier.
- Au Moyen Âge, l’ail sauvage faisait parti des plantes magiques pour la magie blanche.
- Dans des habitations au néolithique, on a retrouvé des restes d’ail des bois.

Quelle est la meilleure saison pour récolter l’ail des bois ?

Pour trouver de l’ail sauvage, plante herbacée typique du printemps, la saison ne dure que de mars à mai.
Dans beaucoup de pays en Europe, l’ail sauvage est incroyablement populaire.
Le petit frère de l’ail commun a un goût particulièrement aromatique et contient bon nombre de bienfaits pour la santé.
D’ailleurs, certains le préfèrent à l’ail à bulbe car il ne provoque pas d’odeur désagréable après sa préparation et sa consommation.
Raison suffisante pour l’utiliser aussi souvent que les poireaux dans la cuisine.
Généralement, même si les fleurs sont comestibles, les feuilles d’ail des ours se récoltent avant la floraison.



Plantation, soins, culture

Culture de l'ail

Culture de l’ail

L’ail sauvage pousse spontanément dans la plupart des forêts et endroits humides, plus particulièrement au bord des ruisseaux ombragés.
Si vous voulez faire pousser de l’ail sauvage dans votre jardin, vous devriez en tenir compte.
Au jardin, pour une plantation dans les règles de l’art et pour assurer une récolte intense, l’ail des bois a besoin d’un endroit partiellement ombragé de préférence sous des arbres à feuilles caduques.
La bonne période pour semer l’ail des ours est l’automne ou le printemps.
La bulbe d’ail des ours doit être plantée dans un sol riche en nutriments et en humus.
Quand l’ail se plaît à l’endroit planté, sa propagation se fait les années suivantes par la formation d’oignons (auto ensemencement).
Pour récolter de l’ail frais à la maison, le sol où il est planté doit être maintenu humide, il convient d’éviter l’engorgement à tout prix.
Pour maintenir un sol humide, le paillage avec des vieilles feuilles particulièrement de chênes est recommandé. Une couche de compost bien fermenté peut également être utile. Toute fertilisation supplémentaire n’est pas requise.
Pour les adeptes du jardinage en appartement, avec de la terre de forêts et à l’ombre, sa culture peut également se faire sur un balcon en jardinières, ce mode de culture est particulièrement intéressant pour les personnes habitant la ville.

La récolte

Pendant les trois à quatre premières années suivant la culture, l’ail des ours ne doit être récolté que modérément, pour la simple raison que la culture d’ail ait le temps de se consolider et prospérer.
Pour la récolte et donc cueillir ce trésor de la nature, les feuilles doivent être coupées avec un couteau ou un ciseau avant sa floraison (saison des jeunes feuilles) avec précision sans abîmer le bulbe, de sorte de favoriser la multiplication les années suivantes.
Pour son achat, on peut le trouver dans la plupart des jardineries en graines ou en bulbe en godet.

Les propriétés, bienfaits

L'ail des ours

L’ail des ours

D’un point de vue santé, l’ail des ours a la plupart des bienfaits de l’ail commun (Allium sativum) il est donc très bénéfique dans un régime alimentaire pour pourvoir la santé générale lorsqu’il est utilisé régulièrement.
Comme son cousin, l’ail des ours est particulièrement efficace pour la réduction des niveaux de pression artérielle (hypertension) et de cholestérol.
Dans des temps lointains, certains villages du nord de la France utilisaient le jus d’ail des ours comme désinfectant ménager car il a des propriétés antibactériennes et antifongiques.
Ce dernier a aussi des propriétés anti oxydantes qui protègent contre les radicaux libres.
L’ail des ours a aussi la faculté d’activer les macrophages afin de réduire la synthèse de cholestérol LDL et réduire l’apparition de plaques et caillots sanguins.
L’un de ses composants, l’adénosine, agit comme relaxant musculaire et comme agent protecteur contre les poisons, tels que la caféine.
L’adénosine permet aussi d’augmenter la largeur des vaisseaux sanguins et réduire l’agrégation plaquettaire (viscosité sanguine).

Dans les années 1990, l’histoire veut que, l’Allium ursinum (ail des ours) a été déclaré comme plante médicinale de l’année, par l’association des plantes médicinales européennes.
D’après de nombreuses études, l’ail des ours contient les mêmes propriétés que l’ail commun mais dispose d’avantages supplémentaires :
Il contient des substances plus actives qui ne figurent pas dans l’ail cultivé, ou qui ont été trouvées dans de trop petites quantités.
L’ail des ours a aussi la particularité de sentir beaucoup moins fort que l’ail commun (presque inodore) il peut donc être dégusté sans avoir les effets néfastes de l’ail (haleine et transpiration).
Beaucoup l’utilisent également dans les programmes de détox et chélation naturelle avec la coriandre pour la désintoxication du mercure et des métaux lourds.
D’autre l’emploi en gélules ou dans sa version fraîche pour la prévention de la candidose chronique.
En homéopathie, l’ALLIUM URSINUM 9CH (ail des ours) est également connu pour ses propriétés contre les douleurs d’estomac et la digestion difficile, mais aussi pour le cas de coliques.
En phytothérapie on retrouve également l’ail des forêts sous forme d’extrait liquide bio (teinture mère) en gouttes pour lutter contre les problèmes de peau mais aussi pour favoriser la digestion et le transit.

Dénomination usuelle : Ail des bois, Ail sauvage, Ail à larges feuilles, Ail pétiolé

Quels sont les dangers de l’ail des ours, attention de ne pas confondre ?

La consommation d’ail des ours ne présente aucun danger pour la santé, mais sa cueillette doit se pratiquer avec précaution.
En effet, le centre antipoison met en garde contre une dangereuse probabilité de confusion.
Les feuilles d’ail des ours peuvent être facilement confondues avec le muguet de mai, le crocus ou encore l’arum sauvage.
Les trois plantes ci-dessus sont toxiques, potentiellement mortelles et produisent des incidents presque chaque année.
Le muguet de mai est hautement toxique, toutes les parties de la plante contiennent de la convallatoxine (glycoside cardiotonique)pouvant provoquer un arrêt cardiaque, ainsi que des saponines, le mécanisme d’empoisonnement de cette plante fonctionne de manière similaire à la digitale (Digitalis purpurea).
La plupart des cas d’intoxication à petites doses au muguet de mai, se limitent généralement à des vomissements, mais dans les cas extrêmes d’ingestion, le coma ou la mort est au rendez-vous.
La plupart des intoxications au muguet de mai se font à partir des feuilles qui sont confondues avec les feuilles d’ail des ours.
Les symptômes d’une intoxication au muguet de mai (Convallaria majalis) sont les nausées, étourdissements, céphalées, faiblesse, hallucinations et changement de la fréquence cardiaque.
Pourtant, les feuilles d’ail des ours, sont assez faciles à distinguer, la différence la plus évidente est que les feuilles d’ail des ours ont fortement l’odeur d’ail tandis que le muguet de mai ne sent pas l’ail.
Un broyage des feuilles entre vos doigts comme vérification peut être utile, l’odeur reste sur les mains, dans ce cas, on ne peut pas confondre l’ail sauvage avec une plante vénéneuse.
Pour ne pas se tromper et trouver le véritable ail des ours, le moyen le plus sûr, est de le cultiver dans votre jardin ou pourquoi pas sur votre balcon.
D’ailleurs, la plupart des jardineries proposent des plans (bulbes) ou des semis d’ail des ours.
Vous pouvez aussi acheter de l’ail des ours provenant de cultures contrôlées chez votre marchand de légumes.
En dehors du printemps, sa saison de prédilection, l’ail sauvage peut également se retrouver sous forme séchée ou en poudre.

Quelle est son utilisation ?

Recette avec l'ail des bois

Recette avec l’ail des bois

Jeune, dégusté à la bonne période, l’ail sauvage frais a un goût extrêmement délicieux, comme nous l’avons vu dans ses propriétés il est également très sain pour la santé et est largement conseillé par de nombreux nutritionnistes pour avantager une nutrition saine.
Pour l’utiliser en cuisine dans des recettes et garder ses propriétés intactes afin de soulager l’indigestion et prévenir les ballonnements, mais également préserver ses bienfaits pour stimuler le métabolisme, agir positivement et diminuer le cholestérol, il est important de le consommer toujours frais et non cuit.
En effet, en le cuisinant par chaleur ou en friture, les principes de l’ail des ours se volatilisent (vitamines) son goût et son arôme disparaissent.
Par conséquent, l’ail sauvage doit être haché si possible peu de temps avant son utilisation et ajouté à un plat à la fin de la préparation.
L’ail des ours est souvent utilisé pour la confection du pesto, dans les soupes, les salades fraîches, les recettes d’omelette et pour assaisonner les pâtes.
En Belgique, ou dans les régions du Nord de la France, on l’utilise également pour la fabrication de certains fromages mais aussi en alternative intéressante et savoureuse au beurre d’herbes (beurre à l’ail sauvage).
En Picardie, précisément aux alentours de la ville d’Amiens, l’ail des ours est souvent utilisé en infusion (tisane) comme dépuratif puissant de début de printemps depuis plusieurs siècles.

Stockage, conservation et durabilité

Après la cueillette d’ail sauvage frais, pour conserver ses vertus (valeur nutritive intacte) les feuilles peuvent être congelées ou transformées en conserve lacto-fermentée pour la conservation.
Une autre option pour la conservation de l’ail des ours est de placer ses feuilles dans du vinaigre ou dans de l’huile d’olive, tout simplement se lancer dans la préparation du pesto maison. Je rappelle que pour garder toutes ses propriétés et son goût, on évitera de consommer l’ail dans sa version séchée ou en poudre déshydratée.

Précautions, contre-indications, effets secondaires

À doses raisonnables, aucun cas connu d’intoxication causé par la consommation d’ail des ours chez l’enfant et l’adulte.
En utilisation modérée, l’ail des ours frais n’a aucune contre-indication ou effets secondaires chez la femme enceinte pendant la grossesse.
Il y a eu des cas rares d’intoxication causés par la consommation, en très grandes quantités par certains mammifères comme les chiens.

Associations

Contre l’artérite avec le chrysanthellum.
Contre l’athérosclérose avec la lécithine de soja et les bienfaits de l’huile de foie de morue.
Contre la mauvaise fluidité sanguine avec la vigne rouge.
Contre l’hypertension légère avec l’olivier.
Pour renforcer les défenses immunitaires avec les bienfaits du gingembre ou du ginseng ou du curcuma.
Contre les varices avec le cyprès, le fragon ou le marronnier d’Inde.
Contre l’hypertension artérielle avec l’aubépine.

Achat de l’ail

Bien qu’il soit préférable de cultiver l’ail des ours dans son jardin ou aller à la cueillette directement dans la forêt afin de profiter de sa fraîcheur, si vous désirez acheter l’ail des ours pour cuisiner et l’inclure dans vos recettes, son prix dans sa version biologique est d’environ 60 € du kilo chez la plupart des primeurs, il existe maintenant dans énormément de magasins spécialisés de santé, des gélules, ampoules d’ail des ours mais aussi des extraits liquides.


Anastore.com


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).