Huile de palme : scandale écologique et alimentaire ?


Huile de palme : scandale écologique et alimentaire ?
5 (100%) 3 - Avis conso

Huile de palme : propriétés et caractéristiques
L’huile de palme fait mal !
Huile de palme: dans quels aliments la trouve-t-on ?
L’huile de palme : mauvaise pour la santé ?
Des collations et des biscuits sans huile de palme ?
Huile de palme, environnement, déforestation

Nous allons découvrir ensemble si l’huile de palme est mauvaise pour la santé, si elle est effectivement cancérogène, son rôle dans la déforestation et le réchauffement climatique, quelles sont les raisons de son utilisation à outrance dans les aliments transformés et, accessoirement… les denrées qui n’en contiennent pas.

Depuis plusieurs années maintenant, on parle de l’utilisation de l’huile de palme dans les denrées alimentaires transformées et, dernièrement, de nombreuses voix très critiques émergent pour signaler sa co-responsabilité présumée dans le changement climatique, la déforestation de forêts primaires, la culture massive de palmiers à huile dans les zones humides, et son impact désastreux sur la santé humaine.

Huile de palme et palmiers à huile

Huile de palme et palmiers à huile

Essayons donc de clarifier ces affirmations pour comprendre si effectivement l’huile de palme est mauvaise d’une part pour l’environnement et d’autre part pour la santé.

Énumérons donc l’origine et les caractéristiques de l’huile de palme.

Huile de palme : propriétés et caractéristiques

L’huile de palme est une matière grasse végétale obtenue à partir du pressage de la pulpe du fruit du palmier à huile cultivé dans les régions humides de la planète, tels que l’Indonésie, la Malaisie et l’Amérique latine : actuellement, elle se retrouve dans de nombreux aliments transformés et cosmétiques.
Après le pressage, l’huile de palme brute est raffinée par des processus industriels afin de réduire le degré d’acidité, puis subit des étapes de désodorisation, de blanchiment et de neutralisation qui entraînent la perte de ses propriétés potentiellement bénéfiques.

La plupart de l’huile de palme employée par l’industrie agroalimentaire et celle des cosmétiques, est aujourd’hui obtenue à partir d’un type de palmier, Elaeis guineensis, qui en dépit d’être originaire du continent africain, est maintenant cultivé, très courant et répandu dans diverses régions du globe « propices » à sa culture.

Notons au passage : l’huile de palme obtenue à partir de la pulpe du fruit du palmier est rouge et à ne pas confondre avec l’huile obtenue à partir des noix et des graines du palmier, appelée huile palmiste et affichant des couleurs et des propriétés différentes.

Huile de palme, propriétés et caractéristiques

Huile de palme, propriétés et caractéristiques

L’huile de palme possède un pourcentage de gras saturés non hydrogénés égal à 50%, un facteur la rendant semi-solide à température ambiante. Cette qualité la rend parfaite pour les conditions de fabrication de la production industrielle : longues périodes de stockage, chaleur prolongée due au soleil ou à la lumière battante, là où, des produits bruts ou finis sont parfois stockés et conservés dans des conteneurs hermétiquement fermés et souvent pendant des mois à température ambiante.

L’huile de palme au cours des dernières années a progressivement remplacer les huiles végétales partiellement hydrogénées (pour réduire les acides gras trans) considérées comme dangereuses, et son utilisation a donc augmenté de façon spectaculaire. En comparaison, l’emploi d’huile d’olive et de graines oléagineuses, en plus de se révéler plus coûteux, ramollit le produit fini, car ces huiles sont riches en acides gras mono et polyinsaturés, et se détériorent rapidement. L’huile de palme est donc si populaire chez les industriels, car en plus de son faible coût, elle représente la seule huile pouvant se conserver sans se détériorer ni rancir.

Faible coût et polyvalence en font donc l’un des ingrédients les plus répandus, particulièrement dans l’industrie agroalimentaire en tant que stabilisant, agent de conservation contre l’oxydation et le ramollissement de la texture. L’huile de palme est utilisée, pratiquement dans chaque denrée alimentaire produite industriellement (confiserie, crèmes dessert, biscuits, dans de nombreux plats cuisinés), mais également dans les produits cosmétiques, de soins du corps et de la personne, tels que les savons, crèmes de soins, gels douches et shampoings.
Même dans les produits biologiques et du commerce équitable, on retrouve souvent l’huile de palme parmi les ingrédients.

Le seul domaine où cette fameuse huile n’est pas employée est celui des combustibles : l’Agence de protection environnementale américaine l’ayant exclus des combustibles « écologiques », car ses émissions ne respectent pas les limites nécessaires de l’impact carbone pour les biocarburants.

L’huile de palme fait mal !

L’huile de palme raffinée est nocive pour la santé et l’environnement !

Pourquoi l’huile de palme, est-elle utilisée dans les aliments transformés ?

Pourquoi de nombreuses entreprises utilisent cette graisse végétale dans diverses denrées alimentaires ?

Huile de palme et industrie

Huile de palme et industrie

Les raisons sont d’ordre économique, mais aussi législatif. L’emploi d’huile de palme à outrance sert à comprimer les coûts de production, car le prix de l’huile de palme est très bas en rapport aux solutions alternatives comme la margarine, l’huile d’olive et d’autres huiles végétales ; de plus, elle offre une durée de vie plus longue aux produits transformés, car elle résiste à la température et au rancissement. Le résultat est un produit plus économique, « accommodant », plus humide, maintenu « frais » plus facilement, de façon à recourir à un emballage simple et peu coûteux. L’huile de palme élimine également le recourt à l’alcool nécessaire pour empêcher la formation de moisissures.
Pour fabriquer des aliments cuits ou même des crèmes, l’on a besoin de graisses semi-solides telles que beurre ou margarine, pour donner structure et consistance au produit fini ; les huiles végétales, au contraire, insaturées et liquides, sont donc peu adaptées à se stabiliser. Seule l’huile de palme, tout en étant d’origine végétale, contient des graisses saturées (palmitique, stéarique et laurique), telles que celles du beurre, idéales pour le remplacer dans les préparations industrielles.
D’autre part, l’huile de palme est insipide et ne modifie pas le goût de la nourriture. Essayez d’utiliser l’huile d’olive dans les gâteaux et vous vous rendrez vite compte que son goût prononcé l’emporte sur le goût sucré. Après l’entrée en vigueur de nouvelles normes de l’Organisation mondiale de la Santé sur les graisses hydrogénées, l’industrie agroalimentaire a tendance à employer de plus en plus de graisses végétales « alternatives », considérées comme plus sûres que les margarines et autres matières grasses végétales, réputées plus nocives pour la santé car source de gras trans.

L’huile de palme est donc purement et simplement une alternative à faible coût (financier) aux autres graisses, animales et végétales !



Huile de palme: dans quels aliments la trouve-t-on ?

Ou devrait-on-dire dans quels aliments ne la trouve-t-on pas…

Huile de palme et nourriture industrielle

Huile de palme et nourriture industrielle

L’huile de palme se retrouve dans le pain, les snacks industriels, les biscuits, mais également, dans les préparations salées et sucrées, jusque dans les aliments pour bébé ou d’autres denrées, tant lyophilisées, préparées ou congelées.

Attention particulière cependant, car en dépit d’être un ingrédient très employé, il n’est pas toujours facile de le repérer… En effet, les étiquettes des produits transformés ne font presque jamais référence à l’huile de palme, mais généralement au terme beaucoup plus générique « graisses végétales ». Attention particulière également, car si vous voulez rester dans une consommation « acceptable » au niveau santé, il convient de savoir que le seuil journalier à ne surtout pas dépasser d’apport en gras saturés se situe aux environs des 10% du total des calories quotidiennes ingurgitées.

L’huile de palme : mauvaise pour la santé ?

De nombreuses études confirment que la consommation régulière d’huile de palme tend à augmenter de manière significative la concentration de graisse dans le sang, et des triglycérides ; d’où l’élévation du taux de mortalité par maladies cardiovasculaires ?

Huile de palme et maladies

Huile de palme et maladies

L’utilisation à outrance de l’huile de palme augmente également, la concentration de substances inflammatoires dans le sang, et il est maintenant avéré que l’état d’inflammation chronique favorise le développement des maladies cardiovasculaires, l’athérosclérose, le diabète et certains cancers.

D’autre part, l’utilisation de l’huile de palme dans sa forme estérifiée -une pratique courante dans l’industrie agroalimentaire- aggrave le profil lipidique favorisant l’endommagement du système cardiovasculaire.
Diverses études menées de part le monde montrent maintenant la corrélation entre huile de palme et impact négatif sur la santé, et soulignent les effets négatifs de la forte teneur en acides gras saturés de cette huile, impliquant une augmentation du risque cardiovasculaire et l’apparition de certains cancers, qui ne se déclaraient pas ou si peu dans le passé.

Des collations et des biscuits sans huile de palme ?

Comment donc essayer d’éviter la consommation indirecte d’huile de palme ? Mieux vaut éviter d’acheter des produits avec une liste d’ingrédients comportant la mention « graisses végétales », et plutôt choisir de vrais produits artisanaux aux produits industriels ; et si vous consommez des produits industriels, alors mieux vaut éviter à tout prix l’huile de palme. Encore mieux serait de préférer les préparations maison dans lesquelles on contrôle à 100% les ingrédients utilisés et les proportions.

gâteaux sport

Gâteaux sport

Certaines marques ont décidé de ne plus utiliser l’huile de palme, mais d’autres l’emploient à outrance et dans chaque préparation. La plupart des produits transformés retrouvés en grande surface contiennent de l’huile de palme, y compris certains produits transformés biologiques. La palme, si je puis me permettre… revenant aux marques du même acabit que Ferrero et son célèbre Nutella, et l’ensemble de ses gourmandises au Nutella.

L’huile de palme et l’environnement : la déforestation

Une grande partie des belles et complexes forêts tropicales d’Asie du Sud furent décimées au cours des dernières années et continuent à l’être pour faire place aux plantations de palmiers à huile ; beaucoup trop aux Philippines, à Singapour, en Malaisie et Indonésie, à la suite de l’augmentation constante de la demande des industries agroalimentaires. Des effets irréversibles sur la biodiversité et les populations sont d’ores et déjà perpétrés, et continuent à s’organiser sereinement dans le dénis des pouvoirs publics locaux et internationaux… et de notre responsabilité de consommateurs désormais – plus ou moins – avertis.

Huile de palme et déforestation

Huile de palme et déforestation

L’alarme sur la destruction de la biodiversité de ces écosystèmes est élevée, à la place des forêts primaires, aujourd’hui, s’étendent de plus en plus de plantations de palmiers, peu coûteux en termes de maintenance et au rendement élevé par rapport à d’autres huiles. La population locale, en plus de perdre son habitat millénaire, habituée à vivre et se procurer des produits et denrées respectant l’écosystème auquel elle appartient, est maintenant réduite à l’esclavage ; elle devient en effet une main-d’œuvre sans droits, exploitée par l’agro-industrie multinationale, et travaille dans les plantations de palmiers à huile dans des conditions inacceptables d’exploitation. Suite aux bouleversements de leur habitat et du système botanique dans l’ensemble, la faune locale comme le tigre de Malaisie et de Sumatra, ou encore l’orang-outan a été fortement impactée ces dernières années, pour ne pas dire décimée.

Les effets sur le changement climatique sont indéniables car l’abattage systématique de ces forêts primaires augmente également la production de gaz à effet de serre. Les forêts, riches en oxygène, sont essentielles pour limiter les polluants dans l’air. La consommation d’eau, l’épandage d’engrais, de pesticides augmentent également en raison des plantations de palmiers à huile. Le gouvernement indonésien admet même que 85% des émissions de gaz à effet de serre dérive du changement de l’utilisation de son sol, soit de la déforestation. Le réchauffement climatique est donc en partie réalisé par la recrudescence des plantations de palmiers à huile.

Huile de palme et faune sauvage

Huile de palme et faune sauvage

Tout cela se passe avec l’approbation de fonctionnaires des administrations locales (sous la coupe des gouvernants nationaux et des lobbies très influents de grands groupes internationaux), qui déclarent « à qui mieux mieux » les terres désignées plantations forestières comme « inutiles » et « improductives », oubliant qu’il s’agit de domaines, qui pendant des siècles appartenaient aux petits agriculteurs et aux peuples autochtones cultivant le riz et les légumineuses, cueillant des fruits sauvages, des plantes médicinales et matériaux de construction, mais surtout, coexistant avec la nature d’une manière pacifique.

De nombreuses démonstrations et mobilisations de l’opinion publique internationale, de plus en plus informée sur l’huile de palme, ses dérives et ses dangers présumés, ou avérés, commencent à produire des effets spécifiques et plus ou moins positifs ; pour exemple en 2014, un accord important (High Carbon Stock Approach), par lequel toutes les entreprises intéressées au secteur des plantations de palmiers à huile, s’engagent à minimiser leur impact sur l’environnement pour obtenir cette matière première. Certaines multinationales telles que P & G, L’Oréal, Unilever, Nestlé, Cargill et Wilmar International déclarent avoir signé cet accord…
On reste cependant en droit de se demander si cela sera suffisant et salvateur, ou juste s’il s’agit encore une fois de plus, de jeter de la poudre aux yeux… Et si tout bonnement un mode des habitudes de production, de distribution, et surtout de consommation ne devrait pas se profiler rapidement.


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


2 Avis

  1. J’avais effectivement connaissance d’un scandale écologique et alimentaire relatif à l’huile de palme. Je me suis questionné sur le fondement des rumeurs à cet effet.

    Cet article met en lumière, selon ma compréhension, que l’huile de palme en tant que tel ne présente pas plus de danger que l’huile d’olive dont on ne cesse de glorifier les propriétés. Même que l’huile de palme présente de nombreux avantages. Le problème tient justement de la surexploitation à outrance de ces avantages. Donc, de l’utilisation et de l’exploitation néfastes par l’industrie agro-alimentaire, d’un trésor à prime abord.

    Il m’apparaît important de se faire le cadeau de décrier davantage la désinformation et la conduite irresponsable et opportuniste de l’industrie de la transformation agroalimenaire et les gouvernements qui les supporte. L’alerte sera alors sonné au bon endroit, c’est-à-dire à la dégradation de l’équilibre des ressources naturelles et l’appauvrissement des peuples liés à l’appat du gain au détriment des populations, de la santé humaine et des écosystèmes.

    Je relève dans cet articlel, qu’au-delà de l’huile de palme, c’est le mode de nutrition à partir d’aliments transformés qui est néfaste et serait une des sources du taux très élévé de cancers aujourd’hui.

  2. Merci pour ces precieuses informations.
    Dommage pour le Nutella :(

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).