Argilothérapie, propriétés thérapeutiques de l’argile


Argilothérapie, propriétés thérapeutiques de l’argile
4.7 (93.33%) 3 - Avis conso

Pourquoi utiliser l’argile en phytothérapie ?
Composition et vertus de l’argile
Argile blanche, verte ou rouge ?
Argile en cosmétique
Propriétés curatives de l’argile
Préparations à base d’argile
Usage externe et applications de l’argile
Cataplasmes et emplâtres d’argile
Argile en bain partiel ou total

Utilisation de l’argile en frictions
Utilisation de l’argile en masques
Utilisation de l’argile en pulvérisation
Utilisation de l’argile en onguents
Utilisation de l’argile par voie interne
Argile diluée dans de l’eau
Utilisation de l’argile en comprimés
Utilisation en bâtonnet et gélules
Précautions d’utilisation et toxicité de l’argile

Qu’est-ce que l’argile ? L’argile et les masques à l’argile, les remèdes à l’argile, les bains de boue à l’argile, les vertus de l’argile en voie externe et en voie interne… Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’argile et bien plus encore!

Argiles rouge, verte, blanche...

Argiles rouge, verte, blanche…

En 1928, le professeur Laborde, professeur à la Faculté de Pharmacie de Strasbourg, a déclaré: «La terre curative, prise régulièrement ou périodiquement, a le don de purifier, vivifier, et compenser les déséquilibres pour la guérison, des propriétés essentielles de la nature. Il s’agit d’un puissant dynamogène rétablissant un équilibre stable et la restauration de l’activité des glandes. Elle entrave les cultures microbiennes, les tue, augmente l’activité du ferment diastasique présent dans les cellules et produits de sécrétions de l’organisme. Elle est douée du pouvoir d’absorber les produits de l’inflammation et active l’excrétion des matières. La terre curative rétablit la force de résistance. Elle régularise la circulation intra-corporelle.»
Comme beaucoup d’autres remèdes naturels, l’argile est très complexe : ses propriétés ne dépendent pas que d’un seul élément, mais plutôt de l’interaction de diverses substances dont elle est composée, qui multiplient son efficacité.

Pourquoi utiliser l’argile en phytothérapie ?

Du point de vue phytothérapeutique, l’argile est utilisée pour traiter les troubles qui affligent l’appareil gastro-intestinal, comme les ballonnements et les douleurs abdominales, la constipation ou la diarrhée; de manière plus générale l’ argile est particulièrement adaptée pour le syndrome du côlon irritable. Considérant que l’argile est capable d’adsorber les gaz intestinaux, elle est recommandée pour une utilisation interne aussi dans les épisodes de flatulences et ballonnements.
Il est bon de rappeler que, souvent, les douleurs gastro-intestinales sont étroitement liées au stress psychologique; par conséquent, l’absorption d’argile doit être accompagnée par d’autres plantes ayant des activités apaisantes qui, en relaxant les parois de l’estomac et des intestins, aident à diminuer le gonflement et les crampes abdominales.

A noter que l’argile détient également les capacités de soigner les abcès, les rougeurs sur les fesses de bébé, les brûlures, les hémorroïdes, les règles douloureuses, les rhumes, les plaies, les articulations douloureuses, les tendinites, les pellicules, la cellulite, comme détergent pour le visage, comme dentifrice non fluoré, pour avoir de beaux ongles et de beaux cheveux, pour un peeling désincrustant, un masque désincrustant et nourrissant, un masque pour peaux sèches, déshydratées ou dévitalisées, un mal de tête, les inflammations oculaires… et bien d’autres maux encore!

Petit zoom sur la composition et les vertus de l’argile

L’argile est un mélange vivant de substances aluminosilicilates dérivées de roches granitiques ; en phytothérapie, elle est utilisée principalement pour sa capacité connue à diminuer les ballonnements et absorber les gaz intestinaux, mais est également connue pour ses propriétés antiseptiques, désinfectantes, bactéricides, cicatrisantes et déodorantes. Sa composition chimique unique, permet à la pâte d’être utilisée dans de nombreuses applications thérapeutiques : en premier lieu il s’agit d’une substance reminéralisante grâce à la présence de silice, de magnésium, de fer, d’aluminium et de calcium. En second lieu, l’argile peut être utile comme un détoxifiant naturel : en fait, elle possède des propriétés de chélation, par exemple pour permettre la «capture» de substances nocives pour l’organisme. À cet égard, sont attribuées à l’argile des propriétés antitoxiques : capables d’adsorber et d’évacuer les substances dangereuses, elle apparaît donc comme un bon remède contre l’empoisonnement.
D’ailleurs ce minéral a été utilisé, mais sans base scientifique, pour ceux qui ont été touchés par le rayonnement nucléaire de Tchernobyl, pour sa potentielle capacité d’absorber les radiations nocives et pour les éliminer physiologiquement; dans ce cas, l’on peut penser plutôt que d’être un vrai remède contre les dommages de rayonnement nucléaire, l’argile fut configurée comme un meilleur soutien moral et psychologique aux personnes touchées.
On utilise également l’argile en phytothérapie pour lier les substances curatives et les principes actifs, tant médicinales que phytothérapeutiques : en fait, lorsqu’elle est appliquée sur une plaie avec les substances actives choisies par le thérapeute, non seulement, l’argile exerce des propriétés mécaniques qui favorise l’adhérence et l’assimilation des ces principes actifs par la plaie, mais contribue aussi la cicatrisation de la plaie.
Il convient de noter que les activités dérivées de l’argile ne sont pas dues à un élément particulier, mais sa composition totale détermine que : tous les minéraux et les substances qui la composent améliorent l’action synergique pour obtenir un effet global.



Argile blanche, verte ou rouge ?

Sur la base de l’état d’oxydation du fer présent, l’argile apparaît blanche, rouge ou verte. En phytothérapie, on préfère l’ argile blanche (kaolin), dans laquelle les propriétés d’équilibrage, de guérison et de stimulations sont plus prononcées par rapport à l’argile verte (plus indiquée pour une utilisation interne). L’argile rouge, riche en fer et plus faiblement en aluminium, est indiquée pour l’anémie, les troubles hépatiques et les complications au niveau de la muqueuse intestinale.

Argile en cosmétique

Les cosmétiques tirent également avantage de l’argile, exploitée pour la formulation de produits à usages topiques anti-cellulite, contre les vergetures, dans les lotions pour ralentir la perte de cheveux et dans les cosmétiques anti-âge, en effet l’argile participe à empêcher la formation de rides et les entraves de l’apparence. En outre, l’argile a une remarquable capacité émulsifiante, elle est capable d’ absorber les molécules hydrophiles – qui sont solubles dans l’eau – et lipophiles (huiles) : la formulation qui en résulte est homogène, stable et bien émulsionnée.
En phytothérapie, sont très populaires les masques d’argile, à appliquer directement sur la peau du visage, ou sur tout le corps; mise en contact avec l’eau, l’argile forme une masse dense similaire à la boue, qui se solidifie après environ dix minutes. L’action exercée par l’argile est d’exfolier la peau, d’éliminer les cellules de couche cornée : de cette façon, la peau apparaît lisse, douce et lisse.
L’ utilisation de l’argile est aussi un excellent remède pour alléger les troubles de la peau comme l’eczéma, les allergies, les furoncles, les plaies, l’acné et les points noirs, les coups de soleil : en effet, ce minéral est capable d’absorber les toxines et purifier la peau, favorisant, au passage, la circulation du sang.

L’argile possède les propriétés curatives suivantes

Antiseptique et bactéricide : l’argile curative est un complexe complètement stérile capable de neutraliser l’activité des bactéries en créant un environnement hostile à leur croissance sans causer de dommages au corps humain. L’argile, en fait, agit uniquement en neutralisant les bactéries en excès, tout en ne gênant pas la reconstruction des cellules saines. Elle permet principalement d’éliminer les parasites intestinaux et de rétablir l’équilibre de la flore microbienne en voie de disparition par l’entérite, la colite, la colibacillose.

Antitoxique : l’argile est un remède efficace contre l’empoisonnement par des substances toxiques; son absorption caractéristique facilite l’expulsion des poisons du corps. Au cours de différentes expérimentations, il a été montré que, si une quantité minimale d’une solution de strychnine administrée à des souris, provoque la mort en quelques minutes, la même dose administrée à ces même souris par l’addition d’argile leur fait supporter le poison sans inconvénients.

Absorbante : son pouvoir d’absorption peut varier de 20 à 50 % de son poids. L’argile est capable d’absorber de grandes quantités de liquide, mais aussi des gaz, propriété qui est exploitée dans de nombreuses applications de guérison, en particulier dans les cas d’intoxications intestinales et dermatologiques. Elle peut également être utilisée pour désodoriser le réfrigérateur ou la cuisine : dans le premier cas, vous allez mettre sur une étagère du frigo, un bol d’argile ; dans le second il sera suffisant de poser sur un meuble un récipient contenant de l’argile.

Adsorbante : il s’agit d’un phénomène physico-chimique de surface. L’argile détient le pouvoir de fixer les gaz ou les bactéries, et de drainer les éléments toxiques vers l’extérieur de l’organisme en les captant puis en le conservant sur sa surface.

Dépurative : i‘argile et son action bienfaisante dépurative s’exercent à de nombreux niveaux et proviennent directement parlant de ses deux vertus principales, l’absorption et l’adsorption. Ces vertus, ou même propriétés assurent à l’argile la distillation d’actions bénéfiques sur la santé; l’argile peut en effet être utilisée pour drainer des plaies, soigner des suppurations, résoudre des œdèmes, pour son pouvoir anti-inflammatoire, et pour purifier l’organisme grâce à une adsorption des bactéries, virus et toxines qu’ils produisent.

Pouvoir hémostatique : Quelques argiles sont capables d’entraîner les facteurs de la coagulation du sang. Ces argiles ayant cette faculté sont pour l’essentielle la kaolinite, l’attapulgite et  la bentonite. Ces argiles détiennent donc le pouvoir de limiter et de diminuer les temps de coagulation, une vertu particulièrement intéressante pour soigner et venir à bout des maladies digestives comme les ulcères avec sécrétion de sang,  ou même les rectocolites hémorragiques.

Sédation : grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, l’argile s’emploie couramment dans les cas d’inflammation, de traumatisme, d’œdème, de plaies purulentes, d’ulcération des tissus, de mal aux dents ou de gingivites, etc. En appliquant l’argile, par voie interne ou externe, l’on obtient une réduction notoire de l’inflammation et de la douleur.

Cicatrisante : sa qualité de base (elle possède un pH quasi neutre) exerce une influence comme biocatalyseur de l’organisme et favorise l’ensemble des réactions chimiques nécessaires à la vie, telles que la coagulation du sang et la régénération de la peau. Cette propriété de l’argile est utilisée à la fois pour traiter les plaies externes et pour traiter les ulcères gastro-duodénaux.

Énergisante : l’argile contient divers minéraux et oligo-éléments qui sont transférés à l’organisme à travers les membranes des cellules de l’organisme. Cette propriété explique pourquoi elle a une action particulièrement efficace dans les troubles articulaires, les fractures, l’anémie et dans tous les cas de déminéralisation.

Les préparations à base d’argile

La bonne préparation de l’argile pour un usage externe

En mélangeant de l’argile avec de l’eau chaude, tiède ou froide, on obtient une pâte plus ou moins plastique, pouvant être utilisée dans le traitement de diverses maladies et troubles de santé. Rappelons aussi que l’argile préparée avec de l’eau salée (sel de mer intégral) et sans chlore augmente son efficacité thérapeutique. Pour obtenir une argile appropriée pour une utilisation en usage externe, il convient de respecter les étapes suivantes :

- Placer une couche de 2 à 3 cm d’argile sur le fond d’un récipient en verre ou en céramique (pour 2 cuillères à soupe d’argile, il faut une cuillère et demi d’eau);
- Ajouter de l’eau froide pour couvrir l’argile et mélanger avec une cuillère en bois (pas de métal surtout), laissant le liquide complètement absorbé jusqu’à ce que le mélange soit crémeux de texture;
- Couvrir avec de la gaze ou un linge pour empêcher de se déposer tout corps étranger et laisser reposer pendant quelques heures ; si les conditions météorologiques le permettent exposer l’argile au soleil;
- L’argile est prête à l’emploi lorsqu’elle est lisse, homogène et avec une texture crémeuse : la récolter sur une cuillère en bois, elle ne doit pas glisser.

La consistance de la pâte peut être ajustée en ajoutant un peu d’argile, lorsque la pâte est trop molle, ou un peu d’eau quand la pâte est trop sèche. L’argile ainsi préparée peut être conservée prête à l’emploi pour une durée indéterminée : il suffit de s’assurer qu’elle soit maintenue dans l’obscurité dans un sac, une jarre de terre ou tout autre récipient (attention ! pas de métal) et ajouter de l’eau si elle durcit à l’évaporation partielle de l’eau.

Vous ne devez jamais laisser l’argile en contact avec des objets ou des récipients métalliques, car de petites quantités de métaux toxiques sont libérées en raison de la puissance de la structure d’adsorption de l’argile !

Usage externe et applications de l’argile

L’argile à usage externe est utilisée sous la forme de : cataplasmes et emplâtres, pulvérisation, bains, onguents, masques et frictions. Il convient d’utiliser de gros granulés d’argile pour les grands cataplasmes et emplâtres, alors que l’argile fine ou surfine est plus appropriée pour des compresses et cataplasmes de proportions normales, des pulvérisations, des onguents, des masques et des frictions. Une fois utilisée, jeter l’argile au compost, ne surtout jamais réutiliser de l’argile ayant déjà servie, car elle est chargée d’impuretés et de toxines. Jeter l’argile au compost et non dans les canalisations au risque de les obstruer.

Cataplasmes et emplâtres d’argile

Les cataplasmes d’argile et emplâtres sont toujours les méthodes les plus utilisées en argilothérapie; dans les mélanges, on peut en plus de l’argile également ajouter des extraits de plantes, des huiles essentielles, des oléolites qui dans certaines utilisations amplifient l’efficacité.

Le cataplasme consiste à appliquer la pâte d’argile et d’eau sur un morceau de tissu propre.

Sauf indication contraire, le cataplasme doit être à la température ambiante, lorsque est indiqué le cataplasme chaud, l’argile est chauffée dans un bain marie. Afin de ne pas provoquer une réaction d’allergie, on peut appliquer en amont sur la partie à traiter une crème protectrice, ensuite le cataplasme doit être appliqué progressivement, en le disposant délicatement sur la peau afin que l’organisme s’habitue à la température. Le cataplasme doit être fixé avec des bandages de sorte qu’il ne bouge pas, mais pas trop serré et doit être laissé en place pendant 30 minutes et pour un maximum de 2 à 3 heures. Quand il est temps de l’enlever, lavez la zone traitée avec de l’eau froide ou tiède à l’aide d’une éponge.

Le cataplasme d’argile est utile dans le traitement des manifestations arthritiques, entorses, luxations, contusions.

Le cataplasme, mélange d’argile et d’eau avec la consistance d’une pâte doit être appliqué directement sur ??la partie du corps à traiter en une couche d’environ un demi-centimètre. Après le soin qui peut aller de une demi heure à 3 heures, l’argile sera sèche, enlever le cataplasme à l’aide d’une cuillère ou une spatule en bois et laver soigneusement la zone avec une éponge humidifiée à l’eau tiède. Le cataplasme est très efficace pour les maladies de l’appareil digestif et de la peau comme les ulcères, dysenteries, colites, entérites, plaies, dermites.

Utilisation de l’argile en bain partiel ou total

Choisir une argile fine verte pulvérisée ou granulés à répandre sur le fond d’un bassin (3 à 4 poignées d’argile équivalent à environ 80 à 100 grammes), puis remplir avec de l’eau chaude avec 5 % de sel de mer intégral, en remuant jusqu’au moment où l’argile soit dissoute et en suspension. Cette préparation peut être utilisée pour se gargariser, des lavages vaginaux, des lavements, des bains des pieds et des mains. Pour un bain total, dans une baignoire remplie d’eau tiède, verser une livre d’argile et éventuellement 10 gouttes d’huile essentielle de lavande, mélanger et s’immerger pendant 15 minutes, en effectuant des mouvements avec les bras et les jambes. Bien se rincer avec de l’eau chaude et s’allonger dans le lit, bien couvert pendant environ une heure.

Utilisation de l’argile en frictions

Pour la préparation, simplement faire une pâte très liquide de poudre d’argile fine et la mettre dans un morceau de tissu blanc, égoutter avant de l’appliquer sur la zone à traiter. Les frictions sont utiles en cas de plaies et de blessures et en cas de rhumatismes et d’arthrite.

Utilisation de l’argile en masques

Verser dans un bol en verre l’argile, fine ou surfine, un demi-verre d’eau et une cuillère à soupe de yaourt. Remuer jusqu’à ce que le mélange soit lisse, et l’appliquer sur le visage et le cou. Laissez agir pendant 15 minutes et rincer à l’eau tiède.

Le masque, l’un des traitements les plus largement utilisés en cosmétique et thérapeutique, agit comme un puissant papier absorbant qui élimine les toxines de l’épiderme et dans le même temps distribue des minéraux, des éléments revitalisants et de l’énergie. L’action mécanique superficielle qui se déroule lors de l’enlèvement du masque permet également la suppression des peaux mortes et rend la peau plus claire, dégraissée et nettoyée.

Utilisation de l’argile en pulvérisation

On utilise l’argile fine et surfine en pulvérisation comme un talc appliqué directement sur ??la partie affectée. Elle présente une des propriétés antiseptiques et cicatrisantes les plus efficaces et utiles contre les éruptions cutanées, les démangeaisons, la sueur, les rougeurs et les fissurations de la peau, les blessures mineures et contre la transpiration excessive des pieds.

Utilisation de l’argile en onguents

Ajouter de l’huile d’olive extra vierge (oléolites, l’huile de jojoba ou de l’huile d’amande), du miel, du beurre ou de la glycérine à la poudre d’argile fine, vous pourrez ainsi obtenir des pommades à usage thérapeutique pour traiter les ecchymoses, les engelures, les rougeurs, les ulcères et la dermatite en général. Utilisez une serviette ou un morceau de tissu et étaler la pommade sur la zone à traiter.

Utilisation de l’argile par voie interne

L’argile fine, ventilée et impalpable, est la meilleure pour l’usage interne parce qu’elle libère beaucoup plus d’éléments curatif de guérison que celle détenant une taille de particules d’argile plus volumineuses.

Elle présente également un avantage thérapeutique majeur : en transitant par le tube digestif jusqu’à l’intestin, sa trajectoire fixe les toxines et permet leur élimination. On l’utilise en la diluant dans l’eau et en la buvant, ou sous la forme de comprimés, de pilules et de bâtonnets.

Argile diluée dans de l’eau

Il est absolument nécessaire d’utiliser une source d’eau qui n’est pas traitée avec du chlore donc exit l’eau du robinet, et d’utiliser une eau de source et non une eau minérale.
Après avoir mis une cuillère à café d’argile, trois est la dose maximale, dans un récipient en verre, remuer l’argile et l’eau avec un bâtonnet en bois (surtout ne pas utiliser d’outils en métal), couvrir avec une gaze et laisser reposer le composé, de préférence au soleil pour activer l’argile pendant au moins 10 à 12 heures avant de boire. Le lendemain matin, ne boire que l’eau surnageant en laissant le dépôt sur le fond du verre.

Ce liquide supérieur aqueux se présente opaque (solution colloïdale) et est connu sous le nom de gel d’argile ou de surnageant d’argile : contient tous les éléments de l’argile.

Il peut être possible de boire l’eau argileuse en totalité (après 8 jours pour permettre à l’organisme de s’habituer dans le temps à ce nouvel élément), c’est à dire avec l’argile et dans les cas où cela peut être bénéfique et spécifié; en effet cela peut être intéressant pour obtenir un effet thérapeutique donné, d’agiter la solution obtenue pour envoyer l’argile en suspension et de boire tout le contenu. L’argile doit toujours être prise entre les repas, de préférence le matin, pendant environ un mois, puis il convient de faire une pause pendant dix jours, puis de répéter la prise d’eau argileuse durant un mois (attention, ne surtout pas arrêter la cure d’eau argileuse au bout de quelques jours, car vous obtiendrez l’effet inverse de celui recherché). Ce modèle peut être répété deux ou trois fois au cours de l’année. L’argile diluée avec de l’eau purifie le sang dans tout le corps, neutralise les toxines et apporte les éléments essentiels des cellules à leur vitalité et leur défense : le silicium, l’aluminium, le fer, le calcium, le sodium, le potassium, le magnésium et d’autres éléments chimiques.

Le pH de la suspension aqueuse, est également proche de la neutralité, ni trop acide ni trop basique , pour cela l’eau argileuse possède une activité anti-acide tampon intéressante qui la rend particulièrement utile en cas de hyperacidité gastrique ou d’ulcère.

Utilisation de l’argile en comprimés

Pour préparer un comprimé d’argile, on doit juste former une petite boule avec un mélange d’argile obtenue avec deux parties d’argile et 2 parties d’eau. Après séchage au soleil, ingérer les comprimés avec un peu d’eau dans les doses et pour la durée recommandée par le thérapeute; ces comprimés d’argiles sont particulièrement utiles dans les cas d’acidité de l’estomac, flatulences et de colite.

Utilisation de l’argile en pilules et bâtonnets

Il s’agit d’une méthode d’absorption actuellement utilisée seulement en Inde, en Amérique du Sud et en Chine, où , depuis les temps anciens, on ingurgite de l’argile pure en comprimés ou en bâtonnets d’argile. Dans la médecine tibétaine, on utilise des «substances bénies» pour préparer les pilules et on récite en plus de nombreux mantras; on mange même parfois de bonbons d’argile enrichis d’essences aromatiques de plantes ou de décoctions. Il est recommandé de sucer de petits morceaux d’argile en cas de gingivite, stomatite, pyorrhée alvéolaire, amygdalite, et même rhumes.

Précautions d’utilisation et toxicité de l’argile

Bien que, d’un point de vue toxicologique ne soient pas connus des effets nocifs de l’argile sur la santé humaine, compte tenu de la délicatesse et sensibilité du produit, nous vous conseillons de suivre très attentivement les instructions du médecin ou du naturopathe. Il convient en effet, tout d’abord, de vérifier la compatibilité personnelle avec l’argile que vous souhaitez utiliser : il peut arriver, en effet, que l’activité d’une argile thérapeutique particulière est parfois trop puissante pour une personne particulièrement sensible, provoquant des réactions allergiques ou de crise de fatigue.

Pour un usage externe, il est bon de commencer avec des applications à court terme, surtout si c’est la première fois que nous avons recours à l’argile. Si vous ressentez une sensation de chaleur excessive ou de froid, le traitement doit être interrompu. Il n’est pas recommandé d’appliquer la pâte sur la poitrine, l’estomac ou les reins au cours de la période de digestion, ou en conjonction avec la menstruation.

L’argile à usage interne peut donner la constipation ; pendant le traitement, vous devriez prendre des précautions supplémentaires pour réduire la consommation de graisses. Les matières grasses, en effet, ont tendance à durcir l’argile, créant ainsi des amas d’argile qui peuvent obstruer les voies intestinales. Ceux qui perçoivent un sentiment de nausée lorsqu’il boive l’eau d’argile peuvent corriger le goût avec quelques gouttes de citron ou du miel.
Les différentes disciplines qui utilisent l’argile pour traiter les troubles de toutes sortes, ont favorisé l’émergence d’un nouveau terme : argilothérapie, ce qui indique une sorte de «médecine non conventionnelle», car il n’y a aucune preuve scientifique réelle pour confirmer l’efficacité de l’argile, même si dans la réalité, beaucoup de personnes sont soulagées par les actions spécifiques de l’argile. Considérant ainsi, que l’argile longuement étudiée par la communauté scientifique pour ses propriétés de «guérison», pourrait avoir de graves conséquences sur la santé, non pour l’argile en tant que tel, mais plutôt pour un usage mal adapté et et une mauvaise façon de l’ingurgiter.

Notons que l’argile lors d’une cure d’eau argileuse en interne sera contre indiquée durant les maladies suivantes : ne pas consommer d’argile par voie interne dans les cas d’hypertension, d’hernie, de constipation chronique ou d’occlusion intestinale, mais aussi dans le cas où l’on suit un traitement médicamenteux, même s’il s’agit d’un traitement phytothérapique. En cas d’inconscience d’une personne ou présentant des convulsions, il convient de ne pas faire boire d’eau argileuse à cette personne, au risque de provoquer des convulsions et des gènes respiratoires sévères.

Ne pas utiliser l’argile chez la femme enceinte et tout au long de la grossesse.


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).