L’alimentation idéale du sportif


L’alimentation idéale du sportif
Noter cet article
Alimentation des sportifs

Alimentation des sportifs

Parmi les autres questions à considérer à part l’état ??de santé général, l’efficacité cardio-respiratoire…, la nourriture est certainement l’une des plus importantes de tous les sports, à tous les niveaux. Il convient, toutefois, d’attirer l’attention sur certains détails pouvant être d’intérêt pour le grand public ou les amateurs passionnés, laissant aux ouvrages spécialisés la discussion en détail des questions liées aux activités sportives professionnelles.

MAIGRIR – Vous devez d’abord briser le mythe que le sport sert à maigrir. Bien sûr, avec une activité sportive vous dépensez de l’énergie, même en grandes quantités, mais l’activité physique seule n’est pas suffisante pour faire baisser le poids si elle n’est pas accompagnée par une bonne nutrition. Il suffit de penser que, pour perdre une livre de graisse, on doive être mené à marcher environ 150 kilomètres. C’est aussi vrai aussi que l’activité physique aide à maintenir le poids après un régime.

AVANT L’ACTIVITÉ SPORTIVE – On devrait donner la préférence aux aliments qui fournissent de grandes quantités d’énergie avec une digestion minimale.

La portion de glucides (le plus important) doit être fournie par les aliments riches en amidon très digeste : pain bien cuit, biscuits, biscottes, pâtes, riz, et surtout par des sucres simples comme le glucose qui sera utilisé par les muscles plus rapidement. La préférence pour les sucres simples ou les sucres lents doit être dans le rapport à la durée plus ou moins grande d’exercice; les sucres lents, en effet, ont une absorption et une utilisation relativement lentes; les sucres simples, en particulier le glucose, une absorption et une utilisation rapide.

5 compléments pour le sport
Ginseng # Tonique, amélioration des réflexes, endurance physique, résistance musculaire.
Tribulus # Force physique, effort physique, système nerveux.
Maca # Combat la fatigue, redonne de l’énergie, amélioration de la résistance au sport.
Jus de betterave rouge # Désintoxication de l’organisme, tonus et forme.
Spiruline # Ultra-riche en fer, préparations des compétitions, sports d’endurance, multiples vertus santé.

Pour les matières grasses, on préférera les huiles végétales et le beurre cru.

La ration de protéines doit être couvert en grande partie par des protéines animales à haute valeur biologique (viande non grasse et le poisson, les œufs, le lait et le fromage).

En matière de sport, la nutrition joue un rôle très important et doit s’adapter progressivement aux besoins nutritionnels modifiés par l’augmentation du travail musculaire. Il convient donc non seulement de pondérer, mais aussi de maximiser les proportions en fonction des besoins particuliers du sujet.

L’alimentation d’un athlète en période d’entraînement est suffisante si, après la phase initiale de la période d’entraînement, le poids reste constant, indépendamment du travail musculaire de l’athlète.

Le régime devrait être réparti de trois à quatre repas principaux.

Déjà le petit déjeuner devrait faire environ 25 % de l’apport calorique quotidien. Il convient de souligner que la caséine du lait, forme dans l’estomac, un précipité volumineux si le lait est pris avec du café (formation de composés complexes entre les tanins et les protéines). Par conséquent, le café au lait sera évité par le sportif, qui, pourra néanmoins ingérer le café seul, peut-être immédiatement après le réveil. Le lait doit plutôt être consommé accompagné de diverses céréales (pain, biscuits, etc ) avec du beurre ou du miel ou de la confiture. A la fin du petit déjeuner, un fruit mûr sera le bienvenu.

Le dernier repas avant la compétition doit être copieux mais digeste et doit être consommé au moins trois ou quatre heures avant l’épreuve.

Cette loi des trois heures, énoncés par les nutritionnistes du sport, doit être respectée. En effet, un repas trop copieux, consommé trop prêt de l’événement, implique l’hyperémie des organes abdominaux qui provoque, par conséquent, une réduction du flux sanguin musculaire, ainsi que de celle du cerveau.

Le dernier repas avant la compétition doit comprendre : un plat de pâtes ou de riz ou de pommes de terre bouillies, une ou deux biscottes, ou du pain, bien cuit avec du beurre, du miel ou de la confiture, un steak de viande bovine, salé et grillé ou cuit dans une poêle avec le moins de gras possible, une salade avec de l’huile et du citron, des fruits frais et mûrs en abondance.

Avant le début de la compétition un apport en eau et en sucres, facilement assimilable est recommandé. A cet effet, il convient de boire toutes les 60 à 90 minutes 125 à 250 ml du jus de fruits frais, tempéré, enrichi en fructose ou en miel. Chaque type de repas devrait cependant être suspendu au moins une demi-heure avant la compétition.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.




Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


1 Avis

Trackbacks

  1. Comment manger sain et équilibré ? | Plantes medicinales, propriétés, bienfaits et vertus

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).