Hypertrophie bénigne de la prostate


Hypertrophie bénigne de la prostate
Noter cet article

L’hypertrophie bénigne de la prostate
Causes d’une hypertrophie bénigne de la prostate
Symptômes d’une hypertrophie bénigne de la prostate
Traitement par les plantes médicinales

L’hypertrophie bénigne de la prostate

L’hypertrophie bénigne de la prostate, couramment connue sous l’abréviation HPB, est un phénomène qui touche plus de 50% des hommes de plus de 60 ans et environ 90% des hommes de plus de 90 ans. Il s’agit d’une pathologie due au grossissement anormal du volume de la prostate. Cette augmentation de volume entraîne une compression du canal de l’urètre et sur la vessie, entraînant ainsi des problèmes de miction et une envie fréquente d’uriner. Une hypertrophie de la prostate n’augmente pas le risque de cancer de la prostate chez l’homme. Également appelée hyperplasie de la prostate, cette « maladie » peut ne pas se manifester avec des symptômes extérieurs et la moitié des hommes atteints ne ressentent même pas ce problème.

Causes d’une hypertrophie bénigne de la prostate

Les causes exactes de l’hypertrophie de la prostate restent inconnues actuellement. Mais les spécialistes de la médecine affirment avoir dégagé certains facteurs liés à son avènement. En principe, la prostate d’un homme grossit naturellement avec son âge. Mais un dérèglement au niveau hormonal peut entraîner une hyperplasie de la prostate. Ce déséquilibre affecte particulièrement la dihydrotestostérone ou DHT, un dérivé de la testostérone, qui est responsable de la croissance naturelle de la prostate. Les recherches ont montré que chez certains patients, l’on a observé une transformation massive de testostérone en DHT sous l’effet d’une enzyme appelée 5-alpha-réductase. Certains spécialistes avancent l’hérédité comme étant un facteur possible de l’hypertrophie de la prostate. Les données montrent que le risque de développer une HBP chez un homme ayant un parent proche atteint par la maladie est plus élevé que chez les autres individus. Les scientifiques se penchent également sur le fait que l’hyperplasie de la prostate ne touche que 5 à 10% des hommes asiatiques au lieu de 50% chez les hommes.



Symptômes d’une hypertrophie bénigne de la prostate

L’hypertrophie bénigne de la prostate se manifeste principalement par des troubles de miction. Ces problèmes concernent surtout la fréquence et la qualité de la miction. Le patient ressent beaucoup plus souvent l’envie d’uriner pendant la nuit et puis pendant la journée. Ce problème, appelé pollakiurie, s’accompagne souvent d’un besoin soudain et irrépressible d’uriner. Les mictions deviennent aussi de plus en plus difficiles du fait de la douleur qui les accompagnent. Les jets urinaires du malade de l’hyperplasie de la prostate sont de plus en plus faibles, intermittents et surtout difficiles à amorcer. Il se peut même que l’homme doive presser au niveau du ventre pour pouvoir entamer le premier jet. Malgré la fréquence des mictions, le malade ressent toujours une sensation de vidange incomplète de la vessie. Il arrive également que l’homme atteint d’une hyperplasie de la prostate souffre d’une rétention aiguë d’urine ou une obstruction totale qui l’empêche d’uriner. Au niveau sexuel, l’hypertrophie de la prostate entraîne une baisse de la force d’éjaculation de l’homme.

Traitement par les plantes médicinales

Pour bénéficier du traitement adéquat, un homme atteint d’une hypertrophie de la prostate doit consulter un médecin, après apparition des premiers symptômes. L’examen de base pour détecter cette pathologie consiste au toucher rectal, mais parfois, il se peut qu’une analyse d’urine ou un test sanguin soient effectués pour détecter l’anomalie. Le médecin peut prescrire des médicaments de synthèse comme les alpha-bloquants ou les inhibiteurs de la 5-alpha-reductase pour traiter les problèmes de mictions. Il se peut également que seule une intervention chirurgicale permette de régler le problème de l’hypertrophie de la prostate. Le traitement par les plantes médicinales ou la phytothérapie sont également conseillés par les médecins. Plusieurs plantes médicinales et des huiles végétales sont préconisées par les spécialistes de la phytothérapie pour cette pathologie. L’on cite plus particulièrement la grande ortie, le palmier nain de Floride, le prunier d’Afrique, l’épilobe ou encore l’huile de courge et le cranberry en prévention de l’hypertrophie bénigne.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.


Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).