Paludisme


Paludisme
Noter cet article

Aller directement à la partie traitant de :

Le paludisme
Causes du paludisme
Symptômes du paludisme
Traitement à base de plantes médicinales

Le paludisme

paludisme

paludisme

Le paludisme, connu également sous le nom de malaria, est une pathologie infectieuse d’origine parasitaire. Le plasmodium, un parasite du genre protozoaire, est le principal responsable de cette affection. Ce parasite se transmet d’un individu à un autre par une espèce de moustique appelée anophèle. L’infection provoquée par les plasmodiums sont variables en fonction de leur espèce. En effet, l’on distingue cinq espèces de plasmodium, à savoir : le plasmodium vivax, le plasmodium malariae, le plasmodium ovale et le plasmodium falciparum. Cette dernière espèce cause l’une des formes les plus graves et les plus complexes du paludisme, pouvant entraîner la mort si aucune prise en charge n’est opérée. Les autres variantes de parasite provoquent des formes moins dangereuses, qui ne sont pas mortelles. Dans la majorité des cas, ces parasites affectent les cellules hépatiques et les globules rouges. Le paludisme doit être impérativement traité dès les premières manifestations pour éviter les récidives.

Causes du paludisme

Comme le paludisme est d’origine parasitaire, la seule manière de contracter la maladie est la piqûre d’une anophèle femelle infectée. Dans des cas rares, les transfusions sanguines d’un sujet malade à une personne saine peuvent constituer une autre manière de contracter l’affection. Au cours de la grossesse, cette pathologie peut être transmise de la mère au fœtus, à travers le sang. Les parasites contractés migrent vers le foie, où ils se développent et se multiplient avant d’atteindre les globules rouges. Cette phase de multiplication dite phase hépatique dure quelques jours voire plusieurs mois, en fonction du type de plasmodium. Les sujets les plus prédisposés à contracter le paludisme sont ceux qui vivent dans les pays tropicaux où le taux d’humidité est particulièrement élevé. En effet, le paludisme est étroitement lié à l’écologie, notamment à la présence de flaques d’eau qui servent d’habitats aux moustiques.



Symptômes du paludisme

Les premiers symptômes du paludisme apparaissent 10 à 15 jours après l’infection, en général. Ses manifestations se traduisent de différentes manières en fonction de l’espèce de parasite contractée. Pour les sujets infectés par le plasmodium falciparum, les symptômes s’avèrent plus complexes, à savoir : une insuffisance rénale importante, une anémie engendrée par la destruction des globules rouges, un œdème pulmonaire qui se traduit par une forte accumulation de liquide au niveau du poumon, des convulsions, une perte de connaissance voire un coma. Dans le cas d’un simple paludisme, le sujet concerné souffre d’une douleur abdominale et de contraction musculaire, accompagnées de nausées, vomissements, diarrhée, sueurs froides, frissons et de forte fièvre. Une baisse de la tension artérielle ou hypotension orthostatique peut être également constatée. Certaines espèces de plasmodium comme le plasmodium ovale et le plasmodium vivax peuvent demeurer inactives durant des mois dans le foie sans présenter aucun symptôme visible.

Traitement à base de plantes médicinales

Le paludisme peut être traité avec des plantes médicinales dès sa première manifestation. D’innombrables études scientifiques ont démontré l’efficacité de l’artémisia annua dans le traitement de cette pathologie contagieuse. Cette plante aux nombreuses vertus contient une bonne dose d’artémisine, connue pour ses capacités d’éliminer efficacement les parasites tels que le plasmodium. Les feuilles fraîches de cette plante s’utilise en infusion lors du traitement. Certaine médication à base d’artémisia se présente sous forme de poudre à diluer dans de l’eau ou sous forme d’huiles essentielles. Dans tous les cas, ces médications naturelles doivent être prises avec modération, en respectant les consignes et les doses prescrites par les médecins. L’artémisia intervient également dans l’élaboration des produits médicamenteux destinés pour traiter la malaria.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.


Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

1 Avis

  1. Bonjour,

    Pour avoir travaillé en Afrique Equatoriale, et y avoir attrapé le palu, je vous conseille le livre du Dr VALNET l’Aromathérapie, une vraie bible! Je soigne avec des huiles essentielles, de canelle, clou de girofle, Niaouli, Eucalyptus; thym, ravinstara, ajowan. A noter que le chlorure de magnésium est aussi très très efficace. J’en ai toujours avec moi, ce n’est pas chère, et facile d’utilisation.

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).