Cicatrisation


Noter cet article

Aller directement à la partie traitant de :

La cicatrisation
Troubles de la cicatrisation
Conséquences de la cicatrisation
Traitement par les plantes médicinales

La cicatrisation

La cicatrisation est un processus de remaniement tissulaire qui aboutit à la réparation des lésions et à la consolidation ou à la réfection des plaies. En cas de plaie de la peau, la durée de la cicatrisation varie selon la profondeur de la lésion. En cas d’écorchure ou de coupure, c’est-à-dire de blessure superficielle, la cicatrisation est obtenue au bout de 1 à 2 jours. Il s’agit d’une régénération des cellules superficielles jusqu’à comblement des lésions. La cicatrisation prend beaucoup plus de temps en cas de plaie profonde. Il faut que celle-ci subisse d’abord une détersion avec une élimination de tous les tissus morts en passant d’abord par une phase d’inflammation. Il s’en suit une reconstitution des vaisseaux altérés pour assurer un apport sanguin et une oxygénation suffisante aux tissus. Sous le caillot sanguin, qui s’est formé lors de la phase inflammatoire, se réalise la cicatrisation proprement dite. Il s’agit de la phase de migration. Le caillot devient une croûte et toutes les cellules qui se trouvent en dessous se régénèrent. Il s’y passe donc une prolifération vasculaire, fibreuse et des cellules cutanées. La reconstitution se fait de façon centripète. La phase de prolifération continue jusqu’à ce que la croûte tombe. A partir de ce moment commence la phase de maturation. Cette dernière phase est la plus longue.

Troubles de la cicatrisation

Les troubles de la cicatrisation aboutissent à la formation de cicatrices disgracieuses ou à un retard de cicatrisation. Les principaux facteurs qui provoquent ces troubles sont les surinfections de la plaie ou une anomalie de l’une des phases de la cicatrisation. La présence d’une infection au niveau de la plaie rallonge la phase d’inflammation. La détersion dure plus longtemps pour éliminer toutes les cellules mortes. Cette infection peut atteindre à la fois les cellules cutanées, les fibres et les vaisseaux. Il existe des facteurs qui influencent la cicatrisation d’une plaie. L’état immunitaire du sujet joue un rôle important. Un sujet dénutri ou immuno-déprimé cicatrise mal ses plaies. De la même manière, les sujets âgés guérissent tardivement de leurs blessures. Les troubles de la cicatrisation se manifestent donc, au final, par des cicatrices hypertrophiques ou par des cicatrices rétractiles.



Conséquences de la cicatrisation

Les surinfections des plaies se manifestent par une suppuration au niveau même de la blessure. En cas d’infection grave, on observe une fièvre et des adénopathies satellites de la région concernée. On peut observer une nécrose des berges ou de la partie centrale de la plaie. Une modification de la sensibilité peut également être perçue par le malade. Dans le cas des cicatrices hypertrophiques, il existe une prolifération exagérée des tissus fibreux. Ce phénomène survient lorsque la surinfection de la plaie est persistante ou lorsqu’il existe un corps étranger qui n’a pas été éliminé lors de la phase de détersion. On assiste alors à la constitution d’un bourgeon excessivement charnu au lieu d’une peau lisse, plane et régulière à la surface. La chéloïde est un exemple de cicatrice hypertrophique. Quant aux cicatrices rétractiles, elles surviennent surtout après une brûlure grave, atteignant les tissus en profondeur. On assiste alors à une rétraction du tissu fibreux et du bourgeon charnu. Elles peuvent limiter les mouvements des membres à cause des brides qui se forment aux niveaux des plis de flexion.

Traitement par les plantes médicinales

Certaines plantes aident à accélérer la cicatrisation d’une plaie et à l’aseptiser pour éviter une éventuelle surinfection. Entre autres, l’huile de jojoba et l’aloès, encore connu sous le nom d’aloe vera, assure en même temps une action désinfectante, une action anti-inflammatoire et une action cicatrisante. L’application de gel ou de pommade d’aloès permet de réduire l’inflammation et d’accélérer les phénomènes de régénération cellulaire ainsi que de maturation. Son action antimicrobienne prévient en plus des surinfections. L’aloès diminue le risque de formation des cicatrices hypertrophiques, voire même des cicatrices rétractiles si on l’utilise dès l’apparition de la blessure.


 

About Danie Poiret

Parcours professionnel - Journaliste indépendant de 2010 à aujourd'hui. Formation : Médecine douce, Psychonomie, Accompagnement sportif. École Européenne d'Herboristerie (EEH). Formation massage Ayurvédique indien et Shiatsu japonais à Montréal province de Québec au Canada en 2014.


Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).