L’intestin : le second cerveau


L’intestin : le second cerveau
Relation cerveau/intestin & intestin/cerveau
Comment cela fonctionne ?
Bien-être intestinal et nourriture de qualité
Régime Méditerranéen et régime méditerranéen…
Et la sensation de satiété ?

L’intestin : le second cerveau

La médecine scientifique, après des années d’études et de publications dans des revues scientifiques accréditées, a constaté qu’il existe un lien entre le cerveau et l’intestin. Il s’agit d’une connexion bivalente, existante, du cerveau à l’intestin, mais également de l’intestin vers le cerveau. L’intestin est bel et bien le «second cerveau». Les Chinois, avec la circulation de l’énergie au sein des loges énergétiques, avaient déjà compris il y a près de six mille ans, la relation entre le psychisme et l’appareil digestif.

Intestin : second cerveau

Intestin : second cerveau

Les cinq loges énergétiques furent identifiées comme des éléments naturels où chacune est combinée, à une viscère, à un organe et un état psychologique : bois, avec la vésicule biliaire, le foie et la colère; feu, avec l’intestin grêle, le cœur et la joie; terre avec l’estomac, le pancréas et la réflexion; métal, avec le gros intestin, le poumon, et la tristesse; l’eau avec la vessie, les reins et la peur. Nous notons que sur ces cinq loges, quatre ont un ou deux organes et/ou viscères de l’appareil digestif. Est donc incontournable sans doute, l’importance de notre alimentation pour notre bien-être physique et mental.

La relation cerveau/intestin & intestin/cerveau

Il y a une influence du cerveau sur le système digestif lorsque l’anxiété, la peur, le stress, se manifestent par des symptômes tels que nausées, vomissements, sensation de «fermeture» et lourdeur de l’estomac, gastrites, coliques, crampes abdominales, constipation, diarrhée… etc.

Nous avons également et de la même façon, une action simultanée de l’abdomen vers le cerveau, avec des troubles gastro-intestinaux pouvant causer anxiété, dépression, et peurs. L’intestin possède également un système immunitaire complet qui nous protège des micro-organismes pathogènes et des substances toxiques, mais en cas de déséquilibre, peuvent se manifester des maladies auto-immunes, des allergies cutanées, respiratoires et des des symptômes douloureux aux articulations.



Comment cela fonctionne ?

Sérotonine

Sérotonine

L’intestin avec les cellules chromaffines produit 95% de la sérotonine de notre corps. La sérotonine est utilisée pour réguler le péristaltisme et l’activité digestive. Elle active également le cerveau avec des signaux de satiété ou de nausées. L’abondance de sérotonine peut provoquer des allergies. Nous avons donc, dans des conditions normales, une recapture de la sérotonine en excès. Ceci n’est pas possible en cas d’inflammation de la muqueuse intestinale par saturation des systèmes de recapture, et en résulte la constipation. Dans le même temps, l’inflammation active une enzyme qui détruit la sérotonine induisant un déficit dans le cerveau et la dépression. Le tryptophane, un acide aminé précurseur de la sérotonine, est activé par l’introduction d’hydrates de carbone, plus que par les protéines. En mangeant des hydrates de carbone notre humeur s’améliore, mais il ne faut pas abuser, car l’excès de sucre provoque également un effet déprimant dans le cerveau avec une incapacité à utiliser les hydrates de carbone. Le mieux étant d’utiliser les sucres simples de fruits et légumes, plus digestes et assimilables dans le cerveau.

Bien-être intestinal et nourriture de qualité

Le système digestif, malheureusement, en plus à digérer les nutriments des aliments, tels que les glucides, les lipides et les protéines, doit faire face aux colorants, aux conservateurs, aux pesticides, aux antibiotiques, aux hormones, qui, avec l’avènement de la chimie polluent pratiquement tous les aliments. Il est de plus en plus difficile de trouver des aliments réellement entiers et biologiques, même si dans les quinze dernières années, la tendance est à une plus grande attention de la qualité de la nourriture que nous achetons.

Régime Méditerranéen et régime méditerranéen…

Il est maintenant avéré que le régime méditerranéen est salutaire ! Les fruits et légumes, le poisson, l’huile d’olive, les grains entiers comme le seigle, l’épeautre, le sarrasin… constituent la base de ce régime. Cependant il y a Régime Méditerranéen et régime méditerranéen !

régime méditerranéen

Régime Méditerranéen

Car pour la plupart d’entre nous, le régime méditerranéen consiste à se nourrir de pâtes de blé et de tomates : les fameux spaghetti bolognaises, pizzas et paninis… (les mass médias participant largement à cette tromperie manifeste!). Il faut en effet savoir que malheureusement, ces aliments surconsommés de nos jours, ne répondent pas aux «normes» de la diète méditerranéenne, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le grain de blé utilisé pour les pâtes n’est pas intégral; ce n’est pas le germe de blé qui contient les vitamines, minéraux et oligo-éléments… Il ne possède plus non plus sa cuticule, le son, contenant les fibres nécessaires pour éliminer les déchets après la digestion. En outre, la sauce tomate (pire si industrielle !) avec laquelle nous assaisonnons les pâtes blanches, crée un décalage au niveau digestif, parce que la pâte, hydrate de carbone et la tomate ne font pas bon ménage, et créent de l’acide. Nous ne devrions donc pas être surpris si, après un repas de pâtes à la sauce tomate, ou de pizzas (pires si industrielles)… se pose l’acidité de l’estomac, les ballonnements, les douleurs abdominales, la constipation ou la diarrhée, à cause de l’irritation que ces aliments provoquent à notre muqueuse intestinale.

C’est la même chose pour le pain blanc ! En plus du blé non-intégral et de la levure chimique, contenant des édulcorants le rendant «agréable à manger», avec une croûte brune et une mie souple. Il constitue l’une des nourritures que nous consommons le plus, de sorte que nous y devenons dépendants et en même temps intolérants ! Combien d’entre nous après avoir mangé un morceau de pain ne peuvent résister au fait d’en remanger encore et encore ?

Et la sensation de satiété ?

Sensation de satiété ?

Sensation de satiété ?

Dans les restaurants, alors que nous attendons d’être servis, il arrive fréquemment de manger goulûment le contenu de la corbeille à pain, les biscuits apéritifs, les crackers, à base de farine blanche… Si les serveurs ne sont pas assez rapides à nous apporter le premier plat, le résultat est une sensation de satiété avant même de commencer le repas. Le stimulus arrive au niveau hypothalamique de la satiété vingt minutes après avoir manger le premier «plat» (en l’occurrence pain blanc, crackers ou biscuits apéritifs).

Lorsque nous mangeons trop vite et qu’en cinq minutes nous avons fini le repas, (succédé par l’anxiété causée par le fait de devoir courir travailler, surtout lorsque l’on mange dans les self-service, les «restos rapides ou fast food» ou même encore sur le pouce, nous fournissons toute la nourriture à notre système digestif en très peu de temps), et quinze minutes étant nécessaire à la stimulation de la satiété, nous nous sentons obligés de manger plus pour combler ce sentiment de vide de quinze minutes, de sorte que nous mangeons alors en excès… avec toutes les conséquences néfastes induites par ces styles et types d’alimentation !

Le «cerveau de l’intestin» est probablement plus «intelligent» que le cerveau primaire, car il agit de façon indépendante. Le cerveau primaire est affecté par nos modes de vie et certains d’entre nous ne l’utilisent pas de la meilleure façon…


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


1 Avis

  1. Superbe et tellement vrai ! Le mien a été abimé par traitement antiépileptique : maintenant, le moindre colorant, gluten ou pesticide me rend malade, écoeurée. J’en avais perdu l’appétit et du poids (10 kg). Je dois tt trier pour ne pas avoir aphtes, ballonnements et « toilettes » ! Pas facile.

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).