Physalis (Physalis alkekengi)


Le physalis
Physalis alkekengi
Propriétés et bienfaits des fruits du physalis
Précautions d’utilisation des fruits du physalis

Le physalis

Le physalis est le fruit d’une plante herbacée du même nom. Ce sont surtout les fruits de cette plante qui sont exploités, tant dans le domaine de la médecine que dans la pâtisserie. Le physalis est un fruit de forme arrondie, à l’allure d’une baie. Quand le fruit est bien mûr, il revêt d’une bonne couleur issue d’un mélange de rouge et d’orange. Côté goût, le physalis est à la fois sucré et un peu aigre. Chaque fruit de la plante est entouré d’une membrane destinée à le protéger des insectes. Cette membrane ou plus précisément cette calice s’ouvre lorsque le physalis arrive à maturité.

Physalis alkekengi

Le physalis appartient à la famille des Solanacées, de l’ordre des solanales ou plus précisément des plantes dicotylédones. Il faut savoir que les Solanacées représentent une famille mixte regroupant des arbustes, des plantes herbacées, des arbres et des lianes. Le physalis se rencontre surtout dans les pays à climat tropical humide. La plante a besoin d’un milieu humide pour bien se développer. Le physalis pousse à l’état sauvage mais peut être domestiqué. Son nom botanique est Physalis alkekengi. La plante possède cependant d’autres appellations comme Coqueret, Cerise de juif, Amour en cage, Cerise de terre ou encore Lanterne japonaise.



Propriétés et bienfaits des fruits du physalis

Le physalis, en plus d’être un fruit très succulent, possède également des propriétés curatives. Grâce à sa propriété laxative, ce fruit est un excellent remède contre les troubles digestifs. Pour les personnes ayant des problèmes de rétention d’eau, la consommation de ce fruit est très conseillée, étant donné qu’il possède une propriété sudorifique. Le physalis est aussi efficace dans le traitement de certaines maladies, comme la goutte ou encore le rhumatisme, grâce à sa propriété antirhumatismale. Le fruit du physalis est aussi un bon traitement pour la toux et les calculs rénaux vu qu’il présente en même temps des vertus expectorantes et diurétiques. Le physalis contient aussi du bétacarotène et des vitamines.

Associations

Le jus de melon et la queue de cerise contre la rétention d’eau.
L’artichaut et ses vertus digestives.
Les gélules d’acide hyaluronique pour soulager les rhumatismes.
L’eucalyptus comme traitement pour la toux.
Association avec la carotte plus de béta-carotène et de vitamines.

Précautions d’utilisation des fruits du physalis

Le physalis est un fruit particulièrement apprécié dans le domaine de la phytothérapie. Cependant, son utilisation nécessite beaucoup de précautions. En effet, il existe d’autres espèces du physalis qui sont de nature toxique. Aussi, faut-il faire appel à l’avis d’un professionnel de la phytothérapie pour pouvoir utiliser les fruits de la plante comme remèdes. Le physalis, qui n’est pas encore mûr, est aussi à éviter car au lieu de guérir, il peut entraîner d’autres maux. Dans la phytothérapie, le physalis ne fait l’objet d’aucune préparation. La posologie se situe uniquement au niveau du nombre de fruits que le patient doit prendre selon la nature de la maladie.


 



Auteur Danie Poiret et Webbies SPRL

Les articles, recettes, dosages que ce soit en (gélules,poudres,teintures mère, huiles, huiles essentielles, pommades) remèdes maison, vertus, bienfaits, contre-indication, effets secondaires et avis, descriptions, commentaires affichés sur cette page, sont donnés à titre indicatif. Pour toute prescription médicale,avis et dosages, veuillez consulter votre médecin ou pharmacie.


tags : , , ,

Laisser votre avis

Nous avons activé la modération des avis. Il est normal que votre avis ne soit pas affiché instantanément. Inutile donc de tenter de resoumettre votre avis (messages).